Le producteur était l’invité de Jean-Pierre Elkabbach, sur CNews. Le journaliste a relancé en lançant : « Il n’est pas impossible que vous ne soyez pas le seul. » La militante féministe annonce, à franceinfo, son intention de porter plainte.

Certaines petites phrases ne passent pas inaperçues. Invité de Jean-Pierre Elkabbach sur CNews, vendredi 2 mars, le producteur Dominique Besnehard s’en est pris à la militante féministe Caroline de Haas : « Alors que je suis féministe, que j’ai un rapport avec les femmes extraordinaires… Quand je vois certaines journalistes qui disent ‘un homme sur trois est un prédateur’…. Caroline De Haas là, j’ai envie de la gifler. »

Devant la violence de ces propos, Jean-Pierre Elkabbach ajoute : « Il n’est pas impossible que vous ne soyez pas le seul. Un jour où l’autre, il faudra qu’elle s’explique. » Contactée par franceinfo, Caroline de Haas a indiqué son intention de porter plainte. Mais elle ne souhaite pas s’exprimer publiquement. La militante féministe a annoncé, lundi 26 février, quitter les réseaux sociaux, « fatiguée de ces violences ».

De son côté, Jean-Pierre Elkabbach, joint par franceinfo, n’exprime aucun regret : « C’était une boutade. Je suis hostile à la violence. On devrait garder de l’humour. En matière de féminisme, je n’ai aucune leçon à recevoir. J’ai toujours soutenu la cause des femmes. » De son côté, Dominique Besnehard n’a pas souhaité réagir à la polémique.

« Il y a un tel sectarisme aujourd’hui qu’il est difficile d’appliquer la liberté totale d’informer. Il faut contrôler en permanence ce que l’on dit. »

Jean-Pierre Elkabbach

franceinfo

Jean-Pierre Elkabbach et Dominique Besnehard ont quand même pris le temps d’évoquer la campagne #MaintenantOnAgit. En résonance avec l’affaire Weinstein, cette initiative soutenue par plusieurs comédiennes françaises, dont Julie Gayet et Vanessa Paradis, a pour objectif de récupérer des dons afin de donner des moyens aux associations sur le terrain. En soutien à cette campagne, le gratin du cinéma, réuni vendredi soir à l’occasion des César, est invité à arborer un ruban blanc.