L’assouplissement progressif et contrôlé des mesures restrictives est désormais possible grâce à l’amélioration de la situation épidémiologique et à l’avancement de la campagne nationale de vaccination anti-Covid-19, a estimé le médecin et chercheur en politique et systèmes de santé, Tayeb Hamdi.

Dans une analyse de la situation épidémiologique du Royaume, M. Hamdi a indiqué que le Maroc est apte à entamer après Aid El Fitr, un allégement progressif, contrôlé et contrôlable des mesures territoriales restrictives, afin de permettre un retour à une vie sociale, économique et commerciale plus souple, dans le plein respect des mesures préventives individuelles et collectives et dans l’attente de l’immunité collective. Un assouplissement qui doit s’opérer dans la progressivité, notamment en termes d’activités et d’horaires, tels que la réouverture des cafés et restaurants jusqu’à 21 heures (GMT+1) dans un premier temps, puis plus tard.

Abordant la situation épidémiologique dans le Royaume, M. Hamdi a révélé que les indicateurs sont actuellement au vert. En effet, le Maroc enregistre en moyenne moins de 500 cas d’infection à la Covid-19 par jour, soit un taux d’incidence journalier de 1 pour 100.000 habitants, a-t-il fait observer, mettant en avant la baisse significative des décès dus au coronavirus.

De même, près de 6 millions de personnes ont reçu à ce jour la première dose du vaccin, tandis que 4,5 millions ont été complètement vaccinées, a-t-il souligné, rappelant l’élargissement de la tranche d’âge de vaccination pour les 50-55 ans. «Aujourd’hui, les données scientifiques confirment la possibilité de briser complètement la courbe de l’épidémie, au lieu de l’aplatir, en évitant les espaces clos et en privilégiant les activités de plein air», a-t-il affirmé. Or, il existe des facteurs qui tendent à limiter la flexibilité, tels que l’apparition des variants britannique et indien sur le territoire national, qui constituent une source d’inquiétude.

Le spécialiste met en garde contre les comportements irresponsables ayant entraîné dans certains pays des catastrophes épidémiques, appelant à éviter les rassemblements dans les endroits clos, à se désinfecter régulièrement les mains, à respecter la distanciation sociale et à porter un masque de protection.

La surveillance épidémiologique, la vigilance génomique et l’adaptation des procédures aux réalités régionales et locales, sont autant de points à prendre en compte pour un assouplissement réussi, a-t-il souligné.