L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé, ce mercredi, avoir détecté le variant indien dans des dizaines d’autres pays du monde. Baptisé B.1.617 et apparu pour la première fois en Inde en octobre, il a été détecté dans des séquences envoyées dans la base de données GISAID «depuis 44 pays dans l’ensemble des six régions de l’OMS», indique l’organisation. L’OMS a ajouté qu’elle a reçu «des notifications de détection dans cinq autres pays». En dehors de l’Inde, c’est en Grande-Bretagne que le plus grand nombre de cas de contaminations au variant B.1.617 a été détecté, écrivent Reuters et l’AFP.

Cette semaine, l’OMS a également classé comme «préoccupant» ce variant du nouveau coronavirus, qui serait l’une des raisons – mais pas la seule-, de l’explosion de la pandémie en Inde. B.1.617 rejoint ainsi la liste de trois autres variants, ceux apparus d’abord en Grande-Bretagne, Brésil et Afrique du Sud, qui sont considérés comme plus dangereux que la version originale du coronavirus, soit parce qu’ils sont plus contagieux, meurtriers ou résistants à certains vaccins. Les mêmes sources expliquent que le variant indien a rejoint la liste car il est plus contagieux.

Selon les statistiques officielles, quelque 4 000 personnes meurent actuellement chaque jour du Covid-19 en Inde, où le bilan total de l’épidémie a dépassé mercredi les 250 000 décès. Le nombre de décès actuellement dénombrés en Inde en raison du Covid-19 représente un tiers du nombre total de décès enregistré dans le monde.

A rappeler que le ministère marocain de la Santé a confirmé, lundi 3 mai, deux cas du variant indien, chez une «personne expatrié et son cas contact, qui est de nationalité étrangère et résidant au Maroc». Les deux cas ont été «hospitalisés à l’hôpital Moulay Youssef alors que tous les cas-contacts, au nombre de 17, se sont avérés négatifs», a assuré le ministère.