Covid-19 : L’Institut Pasteur touché à son tour ; • Devant le relâchement des populations au Sénégal, Macky Sall invité à repréciser sa pensée sur « vivre avec le virus » ; • Affaire de mœurs : Rangou et les jeunes ados de Mixta alpagués par la police, une chaine porno payante démasquée.

1 – Une première sans la lutte contre la Pandémie Covid-19 : Un décès et 5 contaminés au sein du personnel de l’Institut Pasteur de Dakar : L’Obs parle d’une psychose qui a gagné les employés du laboratoire de référence dans le test du coronavirus. Le personnel de l’institut Pasteur est constitué des premiers soldats de la lutte contre le virus qu’il manipule tous les jours sans répit, se mettant toujours en danger pour combattre la pandémie.

2 – Devant le nombre exponentiel des cas positifs à Dakar : Abdoulaye Diouf Sarr envoie tout le monde sur le terrain. L’annonce est de Mme Ndeye Maguette Ndiaye médecin-chef de la région médicale de Dakar que recevait hier Abdoulaye Cissé sur la TFM. Selon Dr Ndiaye, pour contenir la maladie à Dakar, le ministre a demandé à l’ensemble des responsables administratifs et techniques de descendre sur le terrain pour engager la nouvelle stratégie basée sur l’approche communautaire qui jure avec la communication institutionnelle qui a montré ses limites. Ainsi, le gouverneur, les préfets et sous-préfets entament une opération commando à partir de ce jeudi sur l’étendue de toute la région de Dakar.

3 – Révolte des malades : Les 200 patients asymptomatiques internés au centre militaire de Guéreo n’en peuvent plus. Cinq personnes parlant au nom des patients, ont confié hier à notre consœur Fama Diouf, qu’ils en ont assez. Ils se disent enfermés dans le centre depuis 27 jours sans un vrai suivi. Ils révèlent qu’on leur a donné deux plaquettes de chloroquine de 15 comprimés chacune et 10 comprimés d’antibiotiques et, depuis l’épuisement des médicaments, ils n’ont reçu aucun suivi médical. Les patients du centre demandent à rentrer chez eux, après un mois de confinement loin de leurs familles.

4 – Fatwa des maitres coraniques contre le directeur de la protection de l’enfant du ministère de la famille : Les maitres coraniques en veulent à Niokhobaye Diouf pour avoir procéder à l’évacuation des talibés et à la fermeture des daaras. Le plaignant a déposé une plainte au Commissariat central de Dakar, pour outrage à agent dans l’exercice de ses fonctions, menaces de mort et injures publiques. Et, les auditions ont déjà démarré hier avec le maitre coranique Djily Mbaye qui a été entendu par les enquêteurs. Suffisant pour que ses collègues prennent d’assaut le commissariat central pour dénoncer cet acharnement « sur l’Islam ».

5 – Ousmane Guèye directeur du Service de l’éducation pour la santé : « Le Président doit faire une autre sortie pour préciser sa pensée, les sénégalais surtout les dakarois ont mal compris l’expression « vivre avec le virus ». Pour Dr Guèye, il ya un vrai problème de perception du discours du Président du 11 mai dernier chez certaines populations qui pensent que désormais, elles peuvent tout se permettre surtout dans les lieux publics à Dakar. Tout le monde se relâche et cela explique le nombre élevé des contaminations dans la capitale. Dr Ousmane Guèye a fait cet appel hier dans le Jt de Fatou Kiné Dème sur la TFM.

6 – La sulfureuse Rangou et des adolescents ont été arrêtés le lendemain de la fête de Korité. L’ex-animatrice et promotrice d’une chaine pornographique a été arrêtée dans un hôtel à Ngor, ainsi que 13 suspects dont des actrices. La bande est en garde-à-vue à la Dic. Avant de mettre la main sur Rangou, les policiers ont arrêté un jeune mis en cause dans l’affaire de la sextape devenue virale sur les réseaux sociaux hier. C’est une bande de jeunes adolescents qui avait loué un appartement à la cité Mixta pour des actes à caractère sexuel le jour de la korité.

7 – Les Impôts et Domaines au Sénégal sont négatifs à la COVID-19 : La Direction des Impôts et Domaines(DGID) a annoncé, à travers un communiqué, que tous les tests prélevés sur les agents sont revenus négatifs. Selon la Direction, après l’alerte sur un cas extérieur détecté à la mi-mai, la situation est redevenue normale. « La prise en charge de cette situation avait donné lieu à la mise en œuvre de plusieurs mesures de sauvegarde, parmi lesquelles le confinement et le dépistage des agents ayant eu un contact direct ou indirect avec le cas concerné. Ainsi, tous les prélèvements effectués sur les agents concernés ont révélé des tests négatifs. Ces agents ont fini d’observer la période de confinement d’une durée de 14 jours et ont donc été autorisés à reprendre le service à compter de ce mardi 26 mai 2020 »