Le Premier ministre a déclaré mardi à Orléans que « Jeanne d’Arc appartient à tous », alors que la jeune métisse choisie pour la représenter a été victime d’injures racistes.

Le Premier ministre Édouard Philippe a présidé mardi la traditionnelle journée du 8 mai des Fêtes johanniques célébrées chaque printemps à Orléans et a salué la jeune métisse Mathilde Edey Gamassou, cinquantième incarnation de Jeanne d’Arc qui avait subi des commentaires injurieux en raison de ses origines. « Jeanne d’Arc (…) appartient à tous, elle est la France dans sa splendide complexité », a déclaré le Premier ministre lors de son discours officiel.

Déferlement d’injures. « Je voudrais vous remercier Mathilde d’avoir accepté la lourde et belle charge d’incarner Jeanne d’Arc en cette année 2018. Et de l’avoir fait avec la douce fermeté et la persévérance de celle dont vous portez aujourd’hui fièrement et fermement l’étendard », a conclu Édouard Philippe. Le choix parmi 250 candidates de Mathilde Edey Gamassou par le comité d’organisation avait suscité sur les réseaux sociaux un déferlement de commentaires injurieux des tenants de la droite identitaire en raison des origines, béninoises par son père et polonaises par sa mère, de la jeune fille. Le procureur de la république avait rapidement ouvert une enquête préliminaire pour « provocation publique à la discrimination et la haine raciale ».

Les fêtes johanniques célèbrent la victoire en avril 1429 de la Pucelle sur les Anglais qui assiégeaient Orléans. Elles ont débuté le 28 avril et s’achèvent dimanche. Après le défilé militaire, le Premier ministre a pris part au cortège commémoratif de la libération de la ville, emmené par la jeune Mathilde, 17 ans, élève de 1ère qui pratique l’escrime et le chant lyrique au conservatoire d’Orléans.