Selon la préfecture de Loire-Atlantique, alors qu’un « automobiliste a tenté de forcer un barrage », samedi lors d’une manifestation de gilets jaunes à Nantes, des membres des forces de l’ordre « ont sorti leur arme et l’automobiliste a fait demi-tour ».

Une enquête de police a été ouverte, précise la préfecture, à propos de ces faits qui se sont déroulés sur le quai de la Fosse. Les services de l’Etat précisent que les fonctionnaires « n’ont pas fait usage de leur arme, ça s’est arrêté là ». L’automobiliste n’a quant à lui pas été interpellé.

Des vidéos immortalisant la scène, lors de cette manifestation jugée à haut risque, ont été diffusées sur les réseaux sociaux dès samedi. On peut d’abord voir des gendarmes discuter avec le chauffeur d’une voiture noire, un « A » pour apprenti apposé sur l’arrière du véhicule.

Des manifestants crient « Il y a des enfants derrière », pour intimer aux forces de l’ordre de laisser passer le conducteur, alors que les grenades lacrymogènes sont lancées autour du véhicule. Finalement, le chauffeur referme sa portière et avance brusquement sa voiture.

Sommations et canons à eau

C’est à ce moment-là qu’au moins deux des gendarmes auraient sorti leurs armes, avant de reculer avec leurs collègues, boucliers à la main, selon une seconde vidéo et plusieurs photos.

Samedi, des heurts ont eu lieu à Nantes et Lyon, à l’occasion de l’acte 26 des gilets jaunes. Toujours selon la préfecture, 26 personnes ont été interpellées dans la ville de Loire-Atlantique, lors d’une manifestation qui a attiré, selon une source policière, 2200 personnes au plus fort de la journée. Six membres des forces de l’ordre ont par ailleurs été blessés.

La police s’était adressée aux automobilistes en leur demandant, dans un tweet, de ne pas s’engager dans le secteur des Nefs et le boulevard Léon-Bureau, la manifestation n’était pas encore totalement dispersée. Elle indique avoir eu recours à des sommations contre des manifestants, puis à des lanceurs à eau pour repousser des attroupements.