Plusieurs incendies ravagent cet état de l’ouest des États-Unis depuis le mois de juillet. Au moins 92.000 hectares ont été détruits.

La Californie est toujours en proie aux flammes. Les milliers de pompiers luttant contre les nombreux incendies peinent à circonscrire les deux plus importants brasiers, dont l’un brûle depuis presque trois semaines et l’autre est désormais l’un des plus destructeurs de l’état.

Selon un bilan jeudi matin du service des pompiers Calfire, le « Carr Fire » a détruit près de 51.000 hectares depuis son départ le 23 juillet à la suite de la « défaillance mécanique d’un véhicule ».

Il a aussi réduit en cendres 1465 structures, dont un millier de résidences, ce qui en fait le sixième plus destructeur à ce stade de cet état de la côte ouest américaine. Les plus de 4200 pompiers déployés dont deux ont été tués la semaine dernière, sont parvenus à le circonscrire à 35%.

Quatre civils ont également péri à cause de ce feu. « La nuit dernière, le vent, le terrain escarpé et la sécheresse ont compliqué la tâche des pompiers », a indiqué Calfire, prévoyant « de légers vents de sud-est pour aujourd’hui avec des conditions climatiques chaudes et sèches ».

Deux autres incendies

Autre foyer important: le « Ferguson Fire », qui a débuté le 13 juillet. Après presque trois semaines, il n’était circonscrit jeudi matin qu’à 39%. Il a brûlé 27.765 hectares, dont 2300 dans la seule nuit de mercredi à jeudi. « Le système de haute pression au-dessus de l’incendie s’est affaibli au cours de la semaine, résultant en des conditions plus chaudes et plus sèches », a relevé Inciweb, service d’information sur les incendies.

Cet incendie sévit près du très touristique parc national de Yosemite, dont la fermeture partielle a été prolongée par le service des parcs nationaux jusqu’au 5 août si les conditions le permettent.

Quant au « Mendocino Complex », composé de deux foyers, quelques progrès ont été enregistrés: le « River Fire » était contenu à 50% après avoir brûlé plus de 14.200 hectares et le « Ranch Fire » à 33%, avec plus de 30.300 hectares détruits. Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont dû évacuer face à l’avancée des flammes. Depuis quelques jours, une partie d’entre elles a été autorisée à retourner sur place.