La présidence américaine a publié la semaine dernière un rapport inter-agences qui détaille un plan d’action visant à mieux prendre en compte et anticiper le danger que représenterait la chute d’un astéroïde pour l’humanité.

Cela peut surprendre, mais un astéroïde de plusieurs dizaines de mètres de diamètre seulement suffirait à rayer une ville comme Paris de la carte. Or des millions d’objets de cette taille croisent ainsi l’orbite de la Terre, d’après les astronomes (on les appelle «géocroiseurs»). Et nous n’en connaissons pas plus de 10%… La grande majorité se balade dans l’immensité du vide spatial sans que l’on sache à quel moment ils pourraient venir s’écraser à la surface de la Terre. La probabilité est fort heureusement très faible, mais elle n’est pas nulle: en moyenne, il tombe un objet d’une vingtaine de mètres par siècle. La Maison-Blanche a ainsi publié la semaine dernière son premier plan d’action précisant la stratégie qu’elle allait adopter pour gérer cette menace météoritique.

Au début du 20e siècle, un bolide de ce type est tombé en Sibérie, détruisant tout dans un rayon de 20 km et couchant des millions d’arbres dans un rayon de 100 km. C’est ce qu’on appelle l’événement de la Toungouska. Elle a dégagé une énergie évaluée entre 5 et 10 millions de tonnes de TNT, soit des centaines de fois plus que les premières bombes atomiques. Si un tel objet s’était écrasé sur New York, il aurait tué des millions de personnes, prévient en préambule le rapport inter-agences diffusé par la Maison-Blanche la semaine dernière.

Que faire alors pour éviter un tel drame? «L’avantage par rapport aux autres catastrophes naturelles qui resteront toujours plus ou moins imprévisibles, c’est que nous pourrions prédire la survenue de ce type d’événement», souligne Patrick Michel, spécialiste des astéroïdes à l’Observatoire de la Côte d’Azur. «À condition de faire quelques investissements, bien sûr. Mais pour quelques milliards d’euros seulement, nous pourrions connaître tous les objets de plus de 140 mètres qui nous menacent plusieurs années à l’avance et préparer des missions de démonstration de différentes technologies de déviation.»

Loin des objetifs de détection fixés par le Congrès

Le chiffre de 140 mètres correspond à une limite relativement arbitraire au-dessus de laquelle on estime qu’un astéroïde aurait un impact sur l’être humain, quel que soit l’endroit sur Terre où il s’écrase. Le Congrès américain avait fixé comme objectif en 2005 d’identifier, d’ici 2020, 90% des 25.000 objets dont la taille dépasserait ce seuil. Cet objectif ne sera pas atteint, souligne toutefois ce nouveau rapport. Les programmes d’observations systématiques Pan-STARRS et Catalina Sky Survey n’ont pas suffi. On ne connaît aujourd’hui qu’un tiers de ces objets. Le futur LSST, qui entrera en service en 2023, permettra d’augmenter le nombre de détections, mais il ne permettra pas d’atteindre cet objectif avant longtemps. Or il faudrait aussi identifier les objets de plus de 50 mètres, recommande aujourd’hui le plan d’action de la Maison-Blanche. Reste à savoir comment. «Ce n’est pas irréalisable techniquement, mais cela coûterait bien plus cher», prévient Patrick Michel. «Je ne pense pas que les pays soient prêts à de tels investissements. Le risque qu’un tel objet tombe sur une zone habitée reste très faible.»

Le télescope FlyEye de l’Agence spatiale européenne (ESA), en cours de construction en Sicile, permettra bien de débusquer des objets de ce type, mais quelques semaines seulement avant qu’ils ne percutent la Terre. Tout juste suffisant pour préparer des évacuations. À condition que les modèles de trajectoire soient suffisamment précis pour identifier la zone d’impact avec certitude. Le rapport appelle ainsi à investir dans ce type de modélisations et insiste sur la nécessité de préparer les autorités à cette éventualité. «C’est l’un des grands axes de réflexion du rapport», souligne Daniel Hestroffer, astronome à l’Observatoire de Paris qui travaille sur ces questions de protection de la Terre . «En Europe, quelques exercices ont été mis en place par l’ESA, en 2014 puis en 2015, impliquant des agences spatiales et organismes de sureté de quelques pays membres, mais c’est à peu près tout. Il n’y a rien eu au niveau national.» L’ONU elle-même prend ces questions très au sérieux. Deux groupes de travail ont été mis en place, en partie pour identifier les spécialistes et les institutions à mettre en relation en cas de menace.

Comment dévier des astérroïdes?

Mais que faire concrètement si un astéroïde de 200 mètres menaçait de s’écraser sur Terre dans cinq ans par exemple? Une mission américaine, DART, doit s’envoler en décembre 2020 pour tester une technologie de déviation par impacteur cinétique en 2022 sur un couple d’astéroïdes. En somme, cela revient à lancer un missile métallique très fort pour tenter de dévier (très légèrement) l’astéroïde de sa trajectoire suffisamment tôt pour qu’il puisse ainsi éviter la Terre.

L’Europe, qui devait envoyer une sonde pour compléter la mission et étudier finement in situ la déviation induite par l’impacteur, a renoncé à financer le projet dont le coût ne dépassait pourtant pas les 250 millions d’euros… Une mission de remplacement, Hera, plus économique, a été mise sur pied. L’ESA doit décider fin 2019 de la financer ou non. Compte tenu des délais, elle ne pourra pas arriver sur place avant 2026. «C’est suffisant pour accomplir les principaux objectifs initiaux de caractérisation de la cible, du cratère d’impact et de mesure de la déviation», assure Patrick Michel. «Cela permettra aussi de maintenir la coopération internationale ESA-NASA dans un domaine où c’est un enjeu majeur.» Même s’il aurait évidemment été préférable d’arriver sur place en même temps que les Américains, en 2022…

La deuxième solution consisterait à envoyer un «tracteur gravitationnel». L’idée est cette fois-ci d’envoyer une sonde qui exercera une très fine attraction sur l’astéroïde, mais suffisamment longuement pour modifier sa trajectoire. Cela nécessiterait toutefois de prévoir l’impact avec la Terre très longtemps à l’avance. Ce qui nous ramène à la problématique de la détection. Qui est loin d’être résolue. Pendant ce temps, le prochain astéroïde qui pourrait causer des dégâts majeurs sur Terre est peut-être déjà en route…