Invité au 20 heures de TF1, celui qui dirigeait le parti depuis décembre 2017 a annoncé sa démission, une semaine après la déroute de la droite aux élections européennes.

 Laurent Wauquiez, président du parti Les Républicains annonce ce dimanche soir sur le plateau de TF1 qu’il démissionne de la direction du parti.

« Les victoires sont collectives, les défaites sont solitaires. Il faut que je prenne mes responsabilités. Je vais prendre du recul. Je me retire de mes fonctions de président des Républicains », a-t-il déclaré.

Le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes reconnaît que la droite doit se reconstruire et il « ne veux pas être un obstacle, à aucun prix ».

Un score historiquement faible

Cette démission fait suite à l’échec de la liste menée par François-Xavier Bellamy aux élections européennes, avec 8,48% des voix, un score historiquement faible. De nombreux électeurs de droite ont fait le choix de voter pour La République en marche. Plusieurs ténors du parti, dont Valérie Pécresse ou Eric Woerth, avaient appelé à démissionner.

En réponse, Laurent Wauquiez avait annoncé la tenue d' »états généraux » à « la rentrée » pour « tout remettre à plat ». Une décision jugée insuffisante par de nombreux hiérarques LR, dont le président du Sénat Gérard Larcher, qui avait proposé de « reconstruire un projet qui rassemble la droite et le centre » hors du parti.

Une série de départs

Vendredi, le maire LR de Quimper, Ludovic Jolivet, a annoncé qu’il quittait le parti, estimant que Laurent Wauquiez s’était placé « dans le sillage des populistes », et qu’il rejoignait la formation de centre droit Agir. Un départ suivi par celui du maire de Saint-Cloud, Eric Berdoati, président du groupe Les Républicains au conseil départemental des Hauts-de-Seine.

Selon les statuts de LR, en cas de vacance, la présidence du mouvement est assurée par le vice-président délégué, Jean Leonetti.