Un rapport « envisage » une fusion du Haut-Rhin et du Bas-Rhin, afin de faire revivre un territoire d’Alsace.

C’est une question territoriale bien complexe. Un rapport de Jean-Luc Marx, préfet de la région Grand Est et du Bas-Rhin, a été remis en juin aux services du Premier ministre.

Ce texte « envisage une option de rapprochement entre les deux départements [Haut-Rhin et Bas-Rhin] dans un département unique, lequel se verrait confier par l’État, dans le cadre du pouvoir de différenciation prévu par la réforme constitutionnelle, des compétences nouvelles », a écrit Édouard Philippe dans une lettre adressée aux parlementaires du Grand Est.

« Je souhaite engager un travail portant sur les conditions dans lesquelles pourrait être mise en oeuvre cette démarche », a ajouté le Premier ministre, précisant que cette tâche serait confiée à Jacqueline Gourault, ministre auprès du ministre de l’Intérieur. Sur Twitter, cette dernière s’est dite « très honorée de cette nouvelle mission » et « ravie d’ouvrir un dialogue avec les acteurs de l’Alsace et de l’ensemble de la région Grand Est afin de trouver une réponse appropriée pour leur territoire. »

Le rapport, qui devrait être publié en ligne la semaine prochaine sur le site de la préfecture, analyse quatre hypothèses, « au degré d’intégration croissant », allant du renforcement de la coopération interdépartementale à la création d’une collectivité à statut particulier, sur le modèle de la Corse.

« Un grand département d’Alsace »

La « renaissance de l’Alsace », deux ans après sa fusion avec la Lorraine et la Champagne-Ardennes, est défendue par de nombreux parlementaires, maires, élus, chefs d’entreprise et autonomistes alsaciens. Les deux présidents des conseils départementaux du Bas-Rhin et du Haut-Rhin militent activement pour la création, au sein de la région Grand-Est, d’un territoire d’Alsace à statut particulier.

Partisan de la conclusion de « pactes girondins » avec les territoires, le président Emmanuel Macron a estimé en avril que l’on pouvait « tout à fait imaginer » une fusion du Haut-Rhin et du Bas-Rhin « pour créer un grand département d’Alsace au sein de la région Grand Est ». Pour autant, il avait exclu une sortie de l’Alsace de cette région.

Édouard Philippe précise dans sa lettre que le gouvernement prendra sa décision « en octobre » après un « travail de concertation » mené auprès d’acteurs de la région.