Aux Etats-Unis, la grogne monte dans le secteur industriel après la hausse de 25% des taxes à l’importation d’acier, et de 10% sur l’aluminium. Il y a un mois, le président Donald Trump avait annoncé cette mesure en expliquant vouloir protéger la sécurité nationale et l’économie de ces secteurs stratégiques.

Cela fait plusieurs semaines que de nombreux industriels sont inquiets. Bien que Donald Trump prétende agir pour leur bien, l’augmentation des taxes sur les importations d’acier et d’aluminium pénalise au contraire leur activité.

Plus de 20 000 entreprises ont donc réclamé une exemption, et quelques dizaines seulement ont reçu une réponse, souvent négative. Mais l’Institut pour l’acier n’entend pas en rester là. Il vient d’engager un recours devant le tribunal de commerce international de New York pour dénoncer l’inconstitutionnalité de l’initiative de Donald Trump.

Effets « dévastateurs »

« Les effets de ces taxes sont dévastateurs à plusieurs niveaux de notre chaîne d’approvisionnement, explique à RFI son président, Richard Chriss. Ceux qui vont souffrir sont par exemples les sociétés qui devront payer directement le surcoût. Une autre conséquence, indirecte, concerne les ouvriers que nous représentons, notamment dans les ports, beaucoup risquent de voir leur salaire baisser, ou même de perdre leur emploi. »

Le prix de l’acier aux Etats-Unis a quasiment doublé par rapport à octobre dernier, et la guerre commerciale voulue et déclenchée par Donald Trump n’en est qu’à son début.

Le Canada vient ainsi d’annoncer des contre-mesures, et va surtaxer à son tour l’acier et l’aluminium américain mais aussi le ketchup, le whisky ou encore les matelas et les stylos. Les Européens ont opté de leur côté pour une riposte graduée.