Le co-accusé a raconté à la cour sa version du récit de la mort de Sophie Lionnet. Des propos qui contredisent ceux de sa compagne, elle aussi accusée du meurtre de la jeune fille au pair.

Que s’est-il passé la nuit durant laquelle Sophie Lionnet a trouvé la mort? C’est le mystère qu’essaie d’éclaircir depuis le 19 mars et jusqu’au 11 mai, la cour criminelle d’Old Bailey à Londres. Cette jeune fille au pair française de 21 ans avait été retrouvée calcinée le 20 septembre dernier dans la banlieue de la capitale britannique. Depuis le couple de Français qui l’hébergeait a été interpellé. Ouissem Medouni, 40 ans, et sa compagne Sabrina Kouider, 35 ans, sont tous les deux accusés du meurtre de la jeune fille. S’ils reconnaissent avoir brûlé le corps, ils nient l’avoir tué mais livrent deux versions différentes de la mort de Sophie Lionnet où ils s’accusent mutuellement.

À la barre depuis le début de la semaine, Ouissem Medouni est d’abord revenu sur sa relation avec Sabrina Kouider, puis a raconté les violences que cette dernière faisait subir à la jeune fille. Ce mercredi, il a été interrogé sur les circonstances dans lesquelles Sophie Lionnet a trouvé la mort. L’homme raconte que les faits se sont déroulés dans la nuit du 18 au 19 septembre.

Ouissem Medouni accuse sa compagne…

Lui et sa femme auraient fait subir un interrogatoire forcé à la jeune fille qu’ils auraient filmée. Sabrina Kouider était persuadée que son ancien petit-ami, le fondateur du groupe Boyzone, Mark Walton, avait organisé un complot avec Sophie Lionnet visant à abuser de sa famille. Une thèse à laquelle Ouissem Medouni avait fini par se rallier. Sous la contrainte, la jeune fille aurait alors fini par avouer. Ouissem Medouni raconte ensuite être allé se coucher tandis que sa compagne continuait de questionner Sophie Lionnet.

« Sabrina m’a réveillé, probablement vers 01h30. Elle disait que Sophie ne respirait pas », a-t-il poursuivi. Il l’a suivie dans la salle de bains, où la victime était allongée dans l’eau du bain, vêtue d’un pyjama rose. Sabrina Kouider « était choquée, elle disait:  ‘Qu’est-ce que j’ai fait? Qu’est-ce que j’ai fait?' » Ouissem Medouni affirme l’avoir sorti du bain et tenté de la réanimer. Il déclare ne pas avoir appelé la police pour « protéger les enfants ». À la demande de sa compagne, il aurait alors brûlé le corps le surlendemain tout en faisant griller du poulet « comme ça les gens penseraient que c’était un barbecue ».

…celle-ci le traite d' »assassin » et de « menteur »

Une version qui n’a pas plu à Sabrina Kouider. Lors d’une interruption de séance, en dehors de la salle d’audience, elle l’a traité d' »assassin » et de « menteur ». Celle-ci présente en effet un récit des choses totalement différent, miroir de celui de son compagnon. « Je n’ai pas fait ça, je n’ai pas fait ça », a-t-elle répété aux enquêteurs selon L’Est éclair. « J’étais dans la maison mais je ne savais pas ce qu’il se passait. » « Relâchez-moi le plus vite possible parce que je n’ai rien à voir avec ça. » Elle raconte avoir découvert la jeune fille décédée dans leur salle de bains pendant la nuit du 18 au 19 septembre.

Elle reproche à Ouissem Medouni d’avoir changé de version. Début janvier, celui-ci avait fait parvenir à la cour un document dans lequel il évoquait la mort de Sophie Lionnet. Il y racontait que la jeune femme était morte noyée dans la baignoire, alors qu’il lui faisait subir un simulacre d’interrogatoire. Il aurait à un moment frappé la jeune fille au visage, et elle serait tombée dans l’eau. Ouissem Medouni assurait qu’il s’agissait d’un accident. Il était ensuite revenu sur ses propos juste avant le procès affirmant avoir fait ces déclarations pour protéger sa compagne.

Sabrina Kouider aura prochainement l’occasion de défendre son récit puisqu’elle témoignera devant la cour après Ouissem Medouni.