La tour de séchage n°2 du site Lactalis de Craon (Mayenne) va pouvoir à nouveau produire du lait infantile.  La tour de séchage n°1, contaminée par les salmonelles, est pour sa part définitivement fermée.

L’usine Lactalis de Craon (Mayenne) va reprendre du service. Le site, au coeur de l’affaire de lait infantile contaminé aux salmonelles à la fin de l’année 2017, est autorisé à redémarrer sa production de poudres de lait infantile, a indiqué mercredi le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation.

« Le préfet de la Mayenne, en concertation avec le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, a donné son accord à la reprise progressive des activités de conditionnement et de séchage des poudres de lait infantile », selon un communiqué du ministère.

Cette reprise de la production se fait « sans commercialisation pour le moment et sous contrôle des services d’inspection », a déclaré à l’AFP Fany Molin, porte-parole de la direction générale de l’Alimentation (DGAL), dépendant du ministère de l’Agriculture.

La tour de séchage contaminée restera fermée

« Le préfet prend son arrêté aujourd’hui et ré-autorise l’utilisation de la tour de séchage numéro 2 et des lignes de conditionnement » pour produire de la poudre de lait infantile, a-t-elle ajouté. La tour de séchage numéro 1 du site, qui avait été contaminée par les salmonelles, est pour sa part définitivement fermée. Le redémarrage de l’activité sera encadré par un arrêté préfectoral spécifique et un protocole de surveillance adapté sera mis en oeuvre.

« Les produits infantiles fabriqués et conditionnés resteront consignés pendant une période de contrôles renforcés permettant d’obtenir toutes les garanties sanitaires requises pour leur mise sur le marché », explique le ministère.

En ce qui concerne les poudres de lait pour adultes fabriquées depuis le redémarrage de l’usine fin mai, le préfet de la Mayenne a autorisé leur commercialisation, indique le ministère.

Fin 2017, 36 nourrissons ont été atteints de salmonellose après avoir bu un lait infantile des marques Picot et Milumel produit dans son usine de Craon en Mayenne. Les causes de la maladie de deux autres nourrissons sont encore recherchées.