Le mouvement écologiste a occupé pendant 17 heures un centre commercial parisien et a annoncé une série d’actions dans le monde.

« Il faut les réprimer très rapidement ». L’ancienne ministre de l’environnement Ségolène Royal s’en est pris aux mouvements de désobéissance civile, ce lundi sur France inter, dénonçant « une instrumentalisation de l’écologie par ces groupes violents ».

« C’est une dégradation de l’image de l’écologie, de l’image de l’environnement. Cela risque de disqualifier toutes les actions pro-environnementales qui risquent d’être associées à ce type d’agressions et de violences », a-t-elle ajouté, concluant que « l’écologie c’est la paix, donc la violence c’est le contraire ».

Des groupes « absolument pas légitimes »

Parmi ces « groupes violents » « absolument pas légitimes », l’Ambassadrice pour les pôles vise en particulier Extinction Rebellion dont des centaines de militants écologistes ont occupé, samedi, le centre commercial Italie 2 à Paris pendant 17 heures. Une opération contre un « symbole du capitalisme » selon le jeune mouvement de désobéissance civile qui entend forcer les gouvernements à déclarer l’urgence climatique.

Si les forces de l’ordre ont tenté de déloger les manifestants avec, notamment, des gaz lacrymogènes, l’opération a finalement été interrompue et les gendarmes mobiles sont retournés se poster aux alentours. Les militants ont, eux, finalement quitté les lieux aux alentours de 4 heures du matin.

Cet événement est le premier, mais devrait se poursuivre par de nombreux autres, a promis Extinction Rebellion, prévoyant dès ce lundi des actions dans 60 villes dans le monde et pendant plus de deux semaines, avec, entre autres, des actions de blocage à Londres.