Depuis 2014, des membres du conseil municipal des enfants visitaient le palais présidentiel. Mais cette fois-ci, les services de l’Élysée ont refusé, indiquant qu’il n’était ouvert « qu’en de très rares circonstances ».

La pratique était courante durant le quinquennat de François Hollande. Depuis 2014, des élus du conseil municipal des enfants de Pantin, en Seine-Saint-Denis, visitaient le palais de l’Élysée, comme le relate Le Parisien. Comme chaque année, les jeunes, âgés de 9 à 11 ans, ont donc écrit une lettre pour demander à se rendre dans le palais présidentiel. En réponse, cette fois-ci, ils reçoivent une missive des services présidentiels qui indique que l’Élysée n’est ouvert « qu’en de très rares circonstances, telles que les Journées du patrimoine » car c’est la « résidence officielle du chef de l’État ».

Visite virtuelle en 3D. Les services proposent même aux enfants de se rendre sur le site internet du palais afin de réaliser… une visite virtuelle en 3D. « Les enfants sont évidemment très déçus, c’est un peu dur pour eux », souligne Quentin Liberpré, membre du pôle démocratie locale de Pantin. « C’est vraiment dommage, cela permet de découvrir les lieux de la République et leur histoire », poursuit-il dans les colonnes du Parisien.

« Monarque républicain intouchable ». Interrogé par le quotidien, l’Élysée justifie sa décision : « Si du monde se balade, peu importe où, cela empêche le président de la République et la Première dame de circuler librement dans le Palais ». Bernard Kern, maire (PS) de Pantin, critique cette décision, arguant que le palais présidentiel doit être ouvert à tous car « il n’appartient pas au président de la République mais à tous les Français ». Bernard Kern précise également que les visiteurs ne montaient jamais au premier étage. « Cela donne l’image d’un monarque républicain intouchable qui ne me plaît pas », conclut-il.