Muse Gelle Yusuf a la lourde tache d’organiser les élections du pays d’ici le 25 février.

Le comité électoral somalien a nommé un nouveau président. Les membres de l’équipe fédérale ont désigné Muse Gelle Yusuf pour le poste, son prédécesseur ayant été écarté après avoir été accusé d’être à l’origine d’irrégularités électorales. Tout juste élu, il aura la lourde tâche d’organiser les élections du pays, dont le scrutin devait s’achever l’année dernière.

« Le candidat perdant a obtenu 11 voix tandis que Muse Gelle Yusuf a obtenu 14 voix », a déclaré Mowlid Matan Salad, le vice-président de l’équipe de mise en œuvre des élections fédérales de Somalie. « Il est donc désormais le nouveau président de l’équipe de mise en œuvre des élections fédérales en Somalie (FEIT). »

Il y a quelques jours, les Etats-Unis ont menacé d’émettre des sanctions si le pays ne respectait pas la nouvelle échéance électorale du 25 février. Le mandat du président étant officiellement terminé depuis février 2021.

« En ce qui concerne l’élection longtemps retardée et la nouvelle échéance électorale, qui est un grand défi pour nous, nous sommes engagés à commencer rapidement et à respecter cette nouvelle échéance, si Dieu le veut« , a ajouté Muse Gelle Yusuf.

Les puissances mondiales redoutent que ce retard d’élections en plus des différents entre le président et le Premier ministre n’entraîne de nouveaux troubles dans le pays. La Somalie n’a pas eu de gouvernance stable de puis près de 30 ans.