Une délégation du PCF venue observer les élections en Turquie arrêtée

Selon le Parti communiste, trois de ses délégués, dont une sénatrice, ont été arrêtés à Agri, dans l’est du pays. Ils auraient été accusés par le pouvoir d’Erdogan «d’être de faux observateurs qui tenteraient de manipuler les élections».

Une délégation du PCF venue en Turquie comme observatrice des élections présidentielle et législatives a été arrêtée, selon un communiqué du parti. Elle se compose de Christine Prunaud, sénatrice des Côtes d’Armor, Hulliya Turan, secrétaire départementale du Bas-Rhin, et Pascal Torre, membre du secteur des Relations Internationales au PCF. «Ses membres ont comparu ce matin devant le procureur de la République», précise le PCF. Contacté, le parti n’a pas donné pour le moment plus de précisions sur la situation des trois délégués, qui séjournaient à Agri, dans l’est du pays, à proximité de la frontière arménienne.

Selon Agit Polat, représentant des relations extérieures du Conseil Démocratique Kurde en France, les délégués ont été placés en détention.

Selon le PCF, les autorités auraient véhiculé sur Twitter que «les membres de la délégation seraient de faux observateurs qui tenteraient de manipuler les élections». «Le pouvoir turc veut ainsi étouffer toutes les voix qui dénoncent les fraudes massives à l’œuvre», assure le parti.

Plus de 56 millions d’électeurs sont appelés à voter ce dimanche pour un double scrutin présidentiel et législatif qui marquera le passage du système parlementaire en vigueur à un régime hyper-présidentiel voulu par Recep Tayyip Erdogan, mais décrié par ses opposants. Les craintes de fraudes sont vives, notamment dans le sud-est à majorité kurde. Opposants et ONG ont mobilisé plusieurs centaines de milliers d’observateurs pour surveiller les urnes. Le CHP, parti social-démocrate opposé à Erdogan, a déjà dénoncé des irrégularités dans la province de Sanliurfa (sud-est), évoquant notamment des tentatives de bourrage d’urnes.