Uriel Villegas Ortiz venait tout juste de s’installer à son poste de juge fédéral dans l’Etat de Colima en février, raconte le quotidien la Razon. Il était en charge de plusieurs affaires sensibles : crime organisé, narcotrafic et blanchiment d’argent. Mardi, vers midi, un commando s’est infiltré dans sa maison, dans le sud-ouest du Mexique. Le corps du juge et celui de sa femme ont été retrouvés quelques minutes plus tard criblés de balles. Une enquête est en cours. Le journal Milenio rappelle qu’en 2018, le juge Villegas Ortiz avait exigé le transfert d’un tueur notoire, El Menchito, fils del Mencho, le chef du cartel local depuis la prison d’Oaxaca. Le criminel avait ensuite été détenu dans une prison de haute sécurité de la ville de Jalisco avant d’être extradé vers les Etats-Unis. Pour sa part, le quotidien El Universal s’interroge sur les failles des autorités mexicaines dans la protection des citoyens et à fortiori de magistrats en charge de dossiers aussi sensibles. Depuis le début de l’année, près de 6 000 personnes ont été assassinées au Mexique.

Coronavirus : l’Organisation mondiale de la santé s’inquiète pour l’Amérique latine

L’insécurité alimentaire pourrait toucher plus de 40 millions de Latino-Américains à cause de la crise sanitaire, selon l’agence de l’ONU rapporte Semana. Le Programme alimentaire mondial est particulièrement préoccupé par la situation en Haïti et pour les centaines de milliers de migrants au sein du continent.

Au Honduras, le président a confirmé avoir contracté le coronavirus

C’est à la Une du quotidien El Heraldo : le président hondurien Juan Orlando Hernandez et sa femme sont sous surveillance médicale à l’hôpital militaire de Tegucigalpa précise La Prensa. Le chef de l’Etat a assuré qu’il pourrait continuer à travailler à distance, depuis son lit d’hôpital. Mais le quotidien guatémaltèque Prensa Libre doute de la capacité du président hondurien à faire face à la pandémie, même si le Honduras était jusqu’à présent plutôt épargné, avec 330 morts. Prensa Libre en profite pour rappeler les doutes qui planent sur la probité de Juan Orlando Hernandez. En février, un laboratoire de drogue avait été découvert dans la même résidence que le président hondurien.

Comment réformer la police aux Etats-Unis ?

Aux États-Unis, le Congrès se prépare à d’âpres débats quelques semaines après la mort de George Floyd. Faut-il réformer la police et de quelle manière ? Dans la presse nationale, les critiques s’élèvent contre le président Donald Trump et les mesures qu’il a annoncées hier soir. Un plan bien loin des attentes des militants mobilisés depuis la mort de George Floyd, titre le Washington Post, qui relaye également les nombreuses critiques émanant du camp démocrate.

Renforcer les entraînements, créer une base de données pour traquer les bavures policières, interdire la technique de l’étranglement : des engagements trop faibles estime le Boston Globe. Dans un éditorial, le journal appelle à la suppression pure et simple des syndicats de police, plutôt qu’à leur réforme. « Ils servent trop souvent à couvrir les abus de la police », dénonce le quotidien.

Le Wall Street Journal précise que depuis 2012 à Minneapolis, ville où George Floyd a été tué, sur 2 100 plaintes pour mauvaises conduite, seulement 12 ont débouché sur des sanctions envers les forces de l’ordre. Newsweek publie les conclusions d’une étude accablante pour la police de Floride : trop de policiers intègreraient des unités locales après avoir été suspendus ou renvoyés dans d’autres Etats américains. L’enquête révèle que le plus souvent, aucune investigation n’est menée sur le passif des policiers réintégrés.

Retour du football dans les stades de Rio de Janeiro

Au Brésil, le ballon rond est de retour à Rio, plus tôt que prévu. Le mythique stade du Maracana sera le théâtre jeudi, du match de reprise du championnat de la capitale. Le maire a donné son accord. Le football revient à Rio mais les gradins resteront vides de tout supporters. A l’exception apprend-on dans O Globo, du président Bolsonaro lui-même qui sera donc le seul spectateur. « C’est ridicule », s’insurge le journal argentin Diario Registrado qui rappelle que le Brésil a enregistré mardi près de 35 000 cas de Covid-19 en une journée, un record dans ce pays le plus durement touché par la pandémie sur le continent.