Ce tir de projectiles a été présenté par Pyongyang comme une réplique aux exercices militaires conjoints menés par la Corée du Sud et les Etats-Unis.

La Corée du Nord a menacé, mardi 6 août, de réaliser davantage de tests d’armes après avoir tiré de nouveaux projectiles. Il s’agit du quatrième essai du genre en 12 jours, Pyongyang répliquant aux exercices militaires conjoints menés par Séoul et Washington.

Ce regain d’activités militaires sur la péninsule semble hypothéquer un peu plus le processus diplomatique amorcé en 2018. Pyongyang affirme que ces manœuvres étaient une « violation flagrante » des efforts de paix et reflétaient un manque de « volonté politique » des deux pays d’améliorer les relations.

Ces projectiles ont volé environ 450 kilomètres à une altitude de 37 kilomètres avant de s’abîmer en mer du Japon. Séoul a présenté la plupart des projectiles comme des missiles balistiques de courte portée, tandis que Pyongyang a parlé d’un « système de lancement multiple de fusées guidées de gros calibre ». Le Conseil de sécurité de l’ONU interdit à la Corée du Nord de tester des missiles.