Réfugiée dans son somptueux appartement londonien depuis le 3 juillet, la princesse Haya Bint al Hussein, épouse de l’émir de Dubaï, dit craindre pour sa vie. À 45 ans, cette cavalière émérite, mondaine et fortunée a demandé ce mardi 30 juillet à être placée sous ordonnance de protection contre un mariage forcé.

Et voilà une deuxième princesse qui s’enfuit. Après Cheikha Latifa, fille de l’émir de Dubaï, c’est au tour d’une de ses épouses, la princesse Haya Bint al Hussein, de mettre les voiles. La princesse dubaïote, demi-sœur du roi de Jordanie, se serait d’abord enfuie en Allemagne avant de se réfugier à Londres ce mercredi 3 juillet, d’où elle aurait entamé les démarches pour divorcer. La princesse de 45 ans, épouse de l’émir de Dubaï Mohammed ben Rached al-Maktoum, « craindrait pour sa vie », comme le rapporte la BBC. Le 30 juillet, elle a demandé à être placée sous ordonnance de protection contre un mariage forcé, selon l’agence de presse britannique PA. La fille du défunt roi Hussein de Jordanie a également demandé à être placée sous une ordonnance de protection contre des brutalités et réclamé la garde de ses enfants, lors de cette audience à laquelle seule la presse britannique a été autorisée à assister.

À plusieurs milliers de kilomètres de là, son époux fulmine. « Vous avez trahi la plus précieuse des confiances », « vous n’occupez plus aucune place pour moi », « je n’en ai cure que vous soyez morte ou vivante », tempêtait Cheikh Mohammed dans un message publié sur les réseaux sociaux le 22 juin. Longtemps très uni, le couple se déchire sans qu’on en connaisse bien les raisons. Toujours est-il que la princesse Haya, une mondaine ambitieuse et sportive, s’est envolée. Emportant avec elle ses deux enfants de 7 et 11 ans et une quarantaine de millions d’euros, de quoi assurer ses arrières. Haya Bint al Hussein se cache maintenant dans son luxueux appartement de Kensington Palace Gardens, terrifiée à l’idée d’être enlevée.

« Des étoiles dans les yeux »

Rien n’annonçait un tel scandale. Depuis leur mariage en 2004 et jusqu’à tout récemment, l’émir de Dubaï et sa sixième épouse s’affichent en couple solide. La princesse Haya a « des étoiles dans les yeux lorsqu’elle parle de son mari, et son admiration pour lui et pour ses enfants est palpable », écrit une journaliste du magazine Emirates Woman en 2017. Le compte Instagram de la princesse regorge de photos de son mari, de quatorze ans son aîné. Le glacial émir y apparaît en père de famille aimant.

Mais alors, pourquoi cette fuite ? « Elle s’est apparemment sentie en insécurité », expliquait au Figaro Radha Stirling, directrice de Détenu à Dubaï, une organisation britannique qui défend les victimes d’arrestation arbitraires dans la région. C’est le scandale de l’évasion de Cheikha Latifa qui aurait brisé l’harmonie du couple royal. « Des sources proches de la princesse Haya ont déclaré qu’elle a récemment découvert des faits troublants derrière le mystérieux retour à Dubaï de la cheikha », écrit ainsi la BBC. Cette dernière a tenté de s’enfuir en bateau il y a un an. Un projet d’évasion rocambolesque et avorté : Latifa a été interceptée en mer et ramenée chez elle. Plusieurs ONG affirment qu’elle est maintenue prisonnière. À l’époque, la princesse Haya joint sa voix à celle de son époux et jure que Latifa va bien et est en sécurité.