Placé en garde à vue, le suspect affirme avoir voulu « venger la destruction » de la cathédrale Notre-Dame-de Paris, a indiqué le procureur de Bayonne.

Le profil de l’auteur de l’attaque de Bayonne demeure flou. Le procureur de Bayonne a révélé ce mardi que l’audition du suspect, actuellement placé en garde à vue, « interroge sur son état psychique ». L’homme de 84 ans, soupçonné d’avoir blessé deux personnes par arme à feu, affirme avoir voulu « venger » la destruction de la cathédrale Notre-Dame-de-Paris, qu’il impute à des « membres de la communauté musulmane », a précisé Marc Mariée.

Si Claude Sinké, 84 ans, a reconnu durant son interrogatoire avoir tenté de mettre le feu à la mosquée, il a en revanche « contesté avoir eu la volonté de tuer quiconque, précisant qu’il avait pris soin de repérer à de nombreuses reprises la mosquée afin d’être certain d’intervenir qu’à un moment où elle était très peu occupée ».

Le pronostic vital des victimes n’est pas engagé

Le pronostic vital des deux victimes n’est pas engagé, a par ailleurs précisé le procureur de la République, qui est revenu sur le déroulé de l’attaque. « La première victime était assise sur une chaise à l’extérieur de la mosquée (…) La seconde victime était dans son véhicule lorsque le mis en cause a tiré à travers la vitre. »

Marc Mariée a par ailleurs souligné être « en contact permanent avec le procureur national antiterroriste, qui attend les éléments qui seront réunis dans les heures à venir, afin de préciser s’il se saisit ou non de cette affaire ».