Les tensions entre les autorités chinoises et américaines ont un impact sur la diplomatie locale. Auparavant considéré comme le consul le plus populaire de Chine, le représentant américain de Chengdu est devenu l’ennemi public numéro un.

Avec notre correspondant à Shanghai, Simon Leplâtre.

La diplomatie ne consiste pas uniquement en des échanges entre gouvernement, mais aussi en des personnalités qui donne d’elles-mêmes pour rapprocher les cultures. Le consul américain de Chengdu, qui parle un chinois très correct, n’hésitait pas à entonner des chansons populaires chinoises, avec sa femme et ses enfants.

Mais alors que la confrontation entre la Chine et les États-Unis prend des allures de guerre froide, le consul le plus populaire de Chine est devenu l’ennemi public numéro un. Le diplomate qui sait donner de la voix, et sa femme, une chroniqueuse culinaire taïwanaise respectée, sont maintenant sous le feu des critiques.

« Plaque tournante de l’espionnage »

Après la fermeture du consulat chinois de Houston, ordonnée par les États-Unis qui l’accuse d’être une « plaque tournante de l’espionnage », la Chine a riposté en ordonnant la fermeture du consulat américain de Chengdu. Ce samedi 25 juillet, une petite foule était rassemblée devant le batiment huant les véhicules quittant le consulat.

Des millions d’internautes chinois ont regardé la diffusion en direct de l’évacuation qui montrait notamment le démontage de l’insigne américain. Et sur le compte Weibo de la femme du consul, les messages admiratifs ont laissé place aux insultes des nationalistes.