Le flyboard air sur lequel Franky Zapata a traversé la Manche fonctionne au kérosène, et a une autonomie d’une dizaine de minutes.

Question posée par Antoine Li le 04/08/2019

Bonjour,

Nous avons reformulé votre question, qui était : «A propos du supposé « exploit » de Franky Zapata, je m’étonne qu’aucune information ne soit donnée sur l’énergie utilisée par son engin, la consommation, l’autonomie, et la comparaison avec d’autres technologies. Un ravitaillement à mi-distance pour un parcours aussi modéré, ça pose question, non ? Blériot ne s’était pas arrêté que je sache. Merci si vous trouvez des informations.»

Surnommé «l’homme volant», Franky Zapata a traversé la Manche dimanche 4 août à bord de son «flyboard air». Cette planche, dirigée par un joystick (comme pour un drone) et alimentée par cinq turboréacteurs, intéresserait l’armée, comme l’explique Libération ici, mais fait aussi rêver les civils.

Le flyboard air ayant une autonomie de moins de dix minutes, son pilote a en effet dû se ravitailler en cours de route. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il avait échoué lors de sa première tentative : heurtant le bateau censé le ravitailler, Zapata était tombé à l’eau. Cette fois, il a parcouru les 35 km reliant Sangatte à Douvres en une vingtaine de minutes, avec une halte sur un bateau à mi-chemin.

Si l’autonomie de son engin est faible, c’est parce que Franky Zapata transporte le kérosène nécessaire pour le vol dans une espèce de sac à dos, à la capacité limitée. La contenance du sac peut aller «jusqu’à 37 kg de carburant», explique à CheckNews Adrien Uhl, ingénieur de Zapata. Refusant de donner une consommation au kilomètre, l’ingénieur explique : «Tout dépend de la vitesse que le pilote est capable d’atteindre. Actuellement, la consommation est d’environ 40 litres pour dix minutes de vol effectif.» On peut donc estimer qu’environ 80 litres ont été consommés pour les 35 km effectués par Franky Zapata dimanche, soit deux litres par kilomètre. «Nous testons également des alternatives comme des biocarburants», indique Zapata sans s’étendre sur le sujet.