Selon le «Financial Times», la Corée du Nord aurait demandé de l’aide extérieure pour faire face à la pandémie de nouveau coronavirus.

Sur la carte du monde alimentée régulièrement par les spécialistes de l’université américaine Johns Hopkins, un pays résiste toujours à l’apparition de points rouges, synonymes de présence de contaminations au nouveau coronavirus : la Corée du Nord. Mais le régime aurait, en toute discrétion, demandé de l’aide internationale. Selon le «Financial Times», des responsables nord-coréens auraient contacté leurs homologues pour leur demander de l’aide, notamment des tests pour dépister le Covid-19. En cas de propagation de la maladie, les experts craignent le pire : population affaiblie par une situation économie exsangue, système de santé défaillant, absence de transparence dans la communication… Mais le secret qui entoure la Corée du Nord empêche, pour l’instant, la publication de données précises sur la véritable situation sanitaire en Corée du Nord.

Autre requête, officielle cette fois : la Corée du Nord s’est jointe à sept autres pays pour demander la levée des sanctions économiques américaines afin de pouvoir lutter efficacement contre la pandémie, dans un courrier adressé au secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres et révélé ce jeudi. «Nous vous exhortons à demander la levée immédiate et totale de ces mesures illégales, coercitives et arbitraires de pression économique […] afin de permettre une réponse totale et efficace de tous les membres de la communauté internationale face au coronavirus», ont demandé dans cette lettre l’Iran, la Russie, la Chine, le Venezuela, la Corée du Nord, le Nicaragua, Cuba et la Syrie. Les huit pays veulent ainsi «rejeter la politisation d’une telle pandémie».

Une nouvelle lettre envoyée à Kim Jong-Un et une proposition d’aide

En fin de semaine dernière, Kim Yo-jong, la soeur de Kim Jong-Un et haut placée dans l’appareil dirigeant nord-coréen, a remercié Donald Trump d’une lettre envoyée par le président américain dans laquelle il se disait «impressionné par les efforts produits par le Maréchal pour défendre son peuple de la sérieuse menace de l’épidémie» : «Nous considérons de bon jugement et une bonne chose que le président américain fasse des efforts pour maintenir les bonnes relations qu’il avait avec notre Maréchal en lui envoyant une lettre personnelle à nouveau, à un moment où de grandes difficultés et de grands défis sont en travers de nos relations bilatérales», a déclaré Kim Yo-jong à l’agence officielle KCNA.

«S’ils ont besoin d’aide, nous les aiderons. Nous sommes prêts à aider d’autres pays», avait confirmé quelques jours auparavant Donald Trump, qui avait déjà envoyé une lettre à Kim Jong-Un en janvier dernier à l’occasion de son anniversaire. Une façon, pour le président américain, de maintenir son lien direct avec le dictateur nord-coréen, dont il avait dit qu’ils étaient «tombés amoureux» après leur première rencontre à Singapour. Même si leur deuxième sommet à Hanoï s’était achevé sur un échec et que la Corée du Nord a depuis repris des tirs de missiles, Donald Trump maintient cette relation personnelle comme une preuve de ses talents de négociateur.