La Chine a annoncé dimanche un rebond des nouveaux cas de Covid-19, faisant craindre une seconde vague de l’épidémie au moment même où plusieurs pays d’Europe s’apprêtent à rouvrir leurs frontières, pensant la maladie sous contrôle.

Les autorités chinoises ont signalé 57 nouveaux cas confirmés de Covid-19 en 24 heures, dont 36 liés à un marché de gros à Pékin, le plus haut chiffre quotidien depuis avril. Une nouvelle inquiétante pour le reste du monde, montrant les difficultés à contrôler une pandémie qui continue à faire rage en Amérique latine, en Iran et en Asie du Sud.

Grâce à de stricts contrôles, au port du masque et aux opérations de confinement, l’épidémie était sous contrôle en Chine, où elle est apparue l’an dernier à Wuhan (centre).

Dans la capitale, 11 zones résidentielles proches du marché ont été placées en confinement, 24 centres de test ouverts et 10.000 personnes testées. Les autorités ont l’intention de tester 46.000 habitants de la zone.

« Je suis allée au marché de Xinfadi donc je souhaite confirmer que je ne suis pas infectée », témoigne Guo, une femme de 32 ans faisant la queue pour être testée.

Au total, le Covid-19 a fait plus de 431.193 morts et contaminé plus de 7,85 millions de personnes sur la planète, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles.

Signe que la pandémie est loin d’être sous contrôle, l’Iran a annoncé dimanche plus de 100 morts du Covid-19 en 24 heures, ce qui n’était plus arrivé depuis deux mois et porte le bilan national à 8.837 morts.

« Il s’agit d’un virus sauvage et imprévisible, qui peut nous surprendre à tout moment », a déclaré Sima Sadat Lari, porte-parole du ministère de la Santé du pays le plus durement touché par la pandémie au Moyen-Orient.

La pandémie a mis à l’épreuve les systèmes de santé à travers le monde, notamment en Inde où, selon les médias, de nombreux malades décèdent après avoir été refusés par les hôpitaux, faute de lits. Plus de 1.000 nouveaux cas de contamination sont enregistrés chaque jour à New Delhi.