Le ministère irakien de la Santé a annoncé ce dimanche un record du nombre de cas : 308 en 24 heures, avec cinq nouveaux morts. Au total, le pays compte à ce jour 4 200 infections et 152 décès liés au Covid-19, selon les chiffres officiels. Et cela pourrait empirer.

Le scénario catastrophe devient de l’ordre du possible en Irak. Alors que le pays célèbre l’Aïd el-Fitr, une hausse sans précédent du nombre d’infections au Covid-19 est venue entacher la fête ce week-end.

Ces derniers jours, un grand nombre de personnes s’étaient rendues dans les supermarchés et autres magasins bondés des villes irakiennes pour préparer la fin du Ramadan, participant probablement à la hausse du nombre de cas.

Le dispositif de confinement avait été assoupli pendant le mois de jeûne, mais depuis mercredi, six quartiers de Bagdad ont été reconfinés, pour deux semaines au moins, en raison de cette augmentation.

Mise en garde

La cellule de crise du Parlement a averti ce samedi que le système de santé irakien pourrait s’effondrer en une dizaine de jours si des mesures strictes n’étaient pas mises en place rapidement. Un avis partagé par plusieurs médecins dans le pays, qui déplorent le manque de moyens dans les hôpitaux, mais aussi et surtout le non-respect des mesures de protection par une grande partie de la population irakienne.

Après quatre décennies de conflits, le système de santé est déjà à bout de souffle en temps normal, et ne sera pas capable « d’absorber » un grand nombre de malades.