Tedros Adhanom Ghebreyesus a estimé que, dans les pays où la situation s’améliorait, « la plus grande menace est désormais le laisser-aller ».

En France, c’est mieux, mais ailleurs ? L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a estimé, lundi 8 juin, que la pandémie de Covid-19 provoquée par le coronavirus « s’aggravait » dans le monde, mettant en garde contre tout laisser-aller. « Bien que la situation en Europe s’améliore, dans le monde elle s’aggrave », a résumé le patron de l’OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus lors d’une conférence de presse depuis Genève.

« Plus de 100 000 nouveaux cas ont été recensés sur 9 des 10 derniers jours. Hier, le bilan s’est élevé à plus de 136 000 nouveau cas », le chiffre le plus élevé sur une journée, a-t-il ajouté. Il a précisé que près de 75% des nouveaux cas enregistrés dimanche l’ont été dans 10 pays, principalement sur le continent américain et en Asie du sud. Dans les pays où la situation s’améliore, « la plus grande menace est désormais le laisser-aller », a estimé le patron de l’OMS, ajoutant que « la plupart des gens dans le monde sont encore susceptibles d’être infectés ». « Nous en sommes à six mois depuis le début de la pandémie, ce n’est pas encore le moment de lever le pied », a-t-il insisté.

« Portez un masque si vous allez manifester »

Au sujet de la vague de manifestations déclenchée par la mort de George Floyd, homme noir tué par un policier blanc le 25 mai à Minneapolis (Etats-Unis), le patron de l’OMS a appelé rester vigilant. « L’OMS soutient pleinement les revendications en matière d’égalité et le mouvement global contre le racisme. Nous rejetons toute discrimination« , a-t-il dit. Mais « nous encouragerons tous ceux qui manifestent à travers le monde à le faire en toute sécurité », a-t-il ajouté. « Autant que possible, restez à un mètre les uns des autres, lavez vos mains (…) et portez un masque si vous allez manifester ». « Restez chez vous si vous êtes malade et contactez un service de santé », a-t-il rappelé.

La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 403 000 morts dans le monde depuis son apparition en décembre en Chine, et plus de 7 millions de cas d’infection ont été officiellement diagnostiqués dans 196 pays et territoires, selon un bilan établi par l’AFP.