Dans un rapport communiqué à la presse, la brigade de gendarmerie d’Agnibilekro, localité située dans l’Est ivoirien, a annoncé la saisie de 110 tonnes de noix de cajou (anacarde) à la frontière avec le Ghana. La note précise que la saisie a été faite hier mardi à 2 heures du matin.

Selon les autorités sécuritaires de la ville d’Agnibilekro, l’anacarde était transporté dans trois remorques en partance pour le Ghana alors que le produit était censé être transporté dans un lieu précis en Côte d’Ivoire. « La cargaison d’un poids total de 110 tonnes a été saisie sur cette voie alors que les documents de transferts précisent Abidjan comme destination », indique la note de la brigade de gendarmerie d’Agnibilekro.

C’est sur l’axe Presso-Ghana que les éléments de la brigade de gendarmerie ont fait cette importante saisie. Cette action, notons le, intervient dans le cadre de la lutte contre la fuite des produits agricoles vers les pays voisins.

Le rapport indique par la suite qu’en dehors des trois camions chargés d’anacarde, deux véhicules personnels ont été saisis et 11 personnes interpellées.

Cette saisie se fait dans un contexte de crise sanitaire où les autorités gouvernementales ont arrêté des mesures strictes en vue de freiner la propagation du Coronavirus. Parmi ces mesures l’on note l’isolement de la ville d’Abidjan, capitale économique du pays, très touchée par la pandémie du COVID-19.

Rappelons que la Côte d’Ivoire est le premier producteur d’anacarde à l’échelle mondial avec 761 000 tonnes de production lors de la campagne précédente. Le pays envisage atteindre la barre de 800 000 tonnes pour la campagne de 2020.