À Hong Kong où les autorités commencent à être dépassées par les mesures drastiques qu’elles imposent dans le but de tenir leur objectif « zéro Covid », de nouvelles restrictions ne cessent d’être annoncées, à l’approche du Nouvel an chinois.

Avec notre correspondante à Hong Kong, Florence de Changy

À partir du 16 janvier, les passagers aériens en provenance de 153 pays ne pourront plus transiter par l’aéroport de Hong Kong, qui était jusqu’à récemment l’un des aéroports les plus fréquentés de la planète.

Ce vendredi 14 janvier, Carrie Lam, la cheffe de l’exécutif, a également annoncé que l’interdiction totale pour les vols en provenance de huit pays, dont la France, l’Angleterre et les États-Unis qui avait été annoncée le 8 janvier pour deux semaines est maintenue jusqu’au 4 février au moins.

Exception faite pour les sportifs et membres de la délégation officielle des JO

La compagnie du territoire, Cathay Pacific, avait annoncé la semaine dernière une réduction drastique du nombre de ses vols passagers et cargos, car les mesures de quarantaine que Hong Kong impose aux équipages ne sont pas tenables.

Cette nouvelle interdiction du transit par Hong Kong pourrait avoir un impact sur les préparatifs des Jeux olympiques d’hiver de Pékin, qui débutent le 4 février. Selon l’agence Bloomberg, les sportifs, diplomates et autres membres des délégations officielles se rendant aux JO seront tout de même autorisés à faire escale à Hong Kong.

Carrie Lam a également prévenu qu’il fallait s’attendre à des problèmes d’approvisionnement pour une ville qui importe notamment 99% de son alimentation.