Le Sénégal va bénéficier d’un Programme d’appui budgétaire d’urgence (PUARC) de 88 millions d’euros de la Banque africaine de développement (BAD) pour renforcer son plan national de riposte sanitaire et socio-économique contre la Covid-19.

Le conseil des administrateurs de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé, via son mécanisme de réponse rapide Covid-19, un décaissement d’un montant total de 88 millions d’euros en faveur du Sénégal, pour la mise en place d’un programme d’appui budgétaire d’urgence (PUARC). L’objectif est de renforcer le plan de riposte socio-économique contre la Covid-19.

Ce programme d’appui budgétaire d’urgence de la BAD s’articulera autour de 3 piliers essentiels : la santé, le social et l’économie.

Relativement au pilier sanitaire, ce programme contribuera à renforcer le plan d’action en cas d’urgence sanitaire, grâce à une meilleure prise en charge des cas de patients, la construction de trois nouveaux centres de traitement des épidémies (CTE), l’équipement de sept autres centres, ainsi que l’amélioration des capacités des unités de soins intensifs.

Concernant l’aspect social, ce programme va soutenir la distribution de kits alimentaires et le paiement des factures d’électricité et d’eau pour les ménages vulnérables.

Quant au volet économique, il vise la mise en place de mesures pour protéger les travailleurs contre le licenciement et le chômage technique pendant la pandémie, mais aussi de garantir aux travailleurs un salaire minimum décent.

Pour la directrice générale de la banque pour la région Afrique de l’Ouest, Akin Olugbade, « l’opération approuvée aujourd’hui par notre conseil d’administration permettra au pays de créer l’espace budgétaire nécessaire pour faire face à la situation d’urgence, tout en préservant le cadre macroéconomique et la croissance, pour soutenir les PME et pour aider les populations vulnérables les plus touchées par la crise ».

Le ralentissement dans le secteur tertiaire, en particulier dans les secteurs du tourisme et des transports, causé par la Covid-19, a fait passer les projections de croissance du PIB pour l’année 2020 de 6,8% à moins de 3%, selon la BAD.