L’armée tchadienne qui a entamé, fin mars, une campagne militaire dénommée « colère de Boma » contre les éléments de Boko Haram dans la région du Lac Tchad, dit avoir détruit plusieurs bases des djihadistes.

Le chef de l’Etat, Idriss Déby qui dirige personnellement l’offensive militaire, a déclaré samedi, avoir mis en déroute la secte nigériane. Sans donner le bilan des combats, il s’est toutefois réjoui des résultats obtenus.

« J’ai effectué une descente ce matin à Kaïga-Kindjiria. Aucun illuminé de Boko Haram n’est présent dans les îles du Lac Tchad. Bravo à nos forces de défense et de sécurité qui ont nettoyé toute la zone insulaire », a déclaré Idriss Déby, brandissant sa canne en guise de victoire.

Pour lui, le peu des éléments qui restent, sont soit rentrés au Nigéria ou dans les autres pays voisins. « Le nettoyage continue », a-t-il promis, ajoutant qu’en ce qui « concerne le Tchad, il n’y a aucun élément de Boko Haram. Maintenant on vise l’intérieur des autres pays pour en finir avec Boko Haram ».

Idriss Déby regrette tout de même que, depuis lengagement de l’armée tchadienne jusqu’ aujourd’hui, le Tchad est seul sur le terrain. « Le sang des Tchadiens versé à Boma a été suffisamment payé, mais nous restons vigilants », sest-il félicité, faisant allusion à la centaine de soldats tchadiens tués dans la localité de Boma fin mars.  Il a invité la force multinationale des pays du Lac Tchad et du Bénin à prendre le relai de la lutte. « Cette force, dit-il, doit engager les forces des autres pays, notamment le Cameroun, le Niger et le Nigéri ».