Le président mauritanien Mohamed Ould Ghazouani a envoyé une délégation, composée du gouverneur et du chef militaire de la wilaya de Tiris Zemmour, une région frontalière avec l’Algérie, pour présenter officiellement ses condoléances au Polisario suite au décès de l’ancien coordinateur du Front avec la MINURSO, M’Hamed Khadad.

Les émissaires du chef de l’Etat mauritanien ont été reçus par des membres du Front Polisario à Agounit. Un choix du lieu qui est loin d’être innocent, sachant que le mouvement Brahim Ghali considère cette localité comme faisant partie d’un «territoire libéré».

Ce déplacement devrait susciter des grincements de dents du côté de Rabat voire même crisper le rapprochement constaté entre les deux pays, d’autant qu’il accorde une «légitimité» à la version du Polisario sur Agounit.

Cette mission en ces temps de propagation du covid-19 va au-delà des déclarations de Mohamed Ould Ghazouni à la presse de son pays sur la question du Sahara occidental. Le 5 mars, le président mauritanien a, en effet, précisé qu’il reste fidèle à la reconnaissance de son pays de la «RASD». Visiblement, un cap vient d’être franchi par l’actuel président du voisin du sud.

Ce déplacement n’est pas sans rappeler celui effectué, fin décembre 2017 et dans d’autres circonstances, par de hauts gradés de l’armée mauritanienne accompagnés de quelques députés justement à Agounit. La délégation était dépêchée par l’ancien président Mohamed Ould Abdel Aziz pour assister à un exercice militaire organisé par le Polisario.

Contrairement à la Mauritanie, l’Algérie, grand parrain du Front, n’a pas encore présenté officiellement ses condoléances à la direction du Front suite au décès de M’Hamed Khadad.