Deux petites siamoises camerounaises âgées d’un an et reliées par l’abdomen vont être séparées lors d’une opération prévue aux Hospices civils de Lyon (HCL) le 7 novembre. Une première pour cet hôpital.

C’est une opération « très technique et délicate » qui se prépare aux Hospices civils de Lyon (HCL). Le 7 novembre, deux petites siamoises camerounaises âgées d’un an et reliées par l’abdomen doivent être séparées dans cet hôpital.

Cette intervention va pouvoir être réalisée « grâce à l’association La Chaîne de l’Espoir, les HCL et l’État camerounais« , précisent les parties prenantes dans un communiqué commun.

Bissie et Eyenga, nées par césarienne

Bissie et Eyenga Merveille sont nées à Ayos, petite ville du centre du Cameroun, le 6 novembre 2018. Grâce à une césarienne en urgence, leur mère, âgée de 18 ans, a pu aussi être sauvée. Rejetée par le père des enfants et une partie de la famille, leur mère s’était réfugiée à l’hôpital gynéco-obstétrique pédiatrique de Yaoundé où les bébés ont grandi en attendant l’opération.

Une première à Lyon

C’est le professeur Pierre-Yves Mure, chef de service adjoint en chirurgie pédiatrique à l’hôpital Femme-Mère-Enfant des HCL, l’un des plus gros hôpitaux pédiatriques en France, qui les opèrera à Lyon. Il s’agira d’une première pour cet établissement.

Alors en mission à l’hôpital de Yaoundé, le chirurgien français avait été interpellé sur le cas des jeunes siamoises par la direction de l’établissement et un confrère camerounais, le professeur Faustin Mouafo.

Il a alors alerté La Chaîne de l’Espoir, reconnue pour son expertise en matière de transfert et de prise en charge de jeunes patients venus notamment d’Afrique. L’association, les HCL et l’État camerounais se sont également engagés financièrement à la prise en charge des enfants.

Décider d’une stratégie opératoire grâce à l’imagerie

Bissie et Eyenga doivent arriver à Lyon vendredi 1er novembre, avec leur mère et le chirurgien camerounais. Deux familles d’accueil se relaieront pour les héberger après l’opération.

Dès le 4 novembre, le diagnostic sera affiné grâce à l’imagerie médicale et la stratégie opératoire décidée. Deux équipes chirurgicales seront mobilisées pour procéder à la séparation des bébés et la reconstruction. Après une phase de récupération, la famille pourra repartir au Cameroun.

En 2015, la Chaîne de l’Espoir avait rapatrié deux bébés siamois de Guinée Conakry, opérés avec succès à l’hôpital Necker Enfants Malades à Paris.