Depuis plusieurs semaines, alors qu’il monte dans les sondages, il y a des rumeurs de tensions entre Emmanuel Macron et Édouard Philippe. Selon BFM TV, « le Premier ministre sait que d’autres noms circulent » pour le remplacer.

« Je ne voudrais pas qu’on dise que j’ai utilisé les moyens de l’État pour parler du Havre. Le moment venu, je m’adressais aux Havrais. » Depuis la cour de Matignon, ce vendredi 22 mai lors d’une conférence de presse, Édouard Philippe a refusé de répondre avec plus de détails à une question sur sa situation personnelle. Il était venu annoncer la date du second tour des élections municipales. Initialement prévu le 22 mars, il devrait finalement avoir lieu le dimanche 28 juin. C’est ce jour-là qu’il sera confronté au candidat communiste Jean-Paul Lecoq. « Triompher dans sa ville du Havre, où il est candidat, dès la fin juin lui permettrait de se réfugier à l’hôtel de ville après son départ de Matignon », peut-on lire sur le site de BFM TV.

Édouard Philippe grimpe dans les sondages, mais les rumeurs d’un remaniement dont il serait l’une des principales victimes continuent de circuler alors que des tensions, qu’il dément, auraient été observées entre lui et Emmanuel Macron. Quitter Matignon pour retrouver Le Havre, il serait déjà en train de se faire à l’idée. « Le Premier ministre sait que d’autres noms que le sien circulent pour diriger les destinées du gouvernement après le remaniement qui se profile, sans doute pour le début du mois de juillet », écrit BFM TV selon ses propres informations sur son site internet. De nombreuses personnalités ont été évoquées pour lui succéder à Matignon. L’écolo Yannick Jadot en faisait partie, mais il avait fait part de ses vives réticences. Selon Le Point, l’ancienne ministre de Nicolas Sarkozy, Nathalie Kosciusko-Morizet pourrait le remplacer. Pour écrire la fin de son histoire présidentielle (à moins d’une réélection en 2022), le président pourrait bien vouloir changer les protagonistes.