Dans Le Parisien, la nouvelle ministre de la Transition écologique détaille son plan d’attaque pour lutter contre les « passoires thermiques ».

Dans une interview exclusive du Parisien, Elisabeth Borne détaille les multiples défis qui l’attendent dans son nouveau ministère et détaille le nouveau dispositif sur la rénovation thermique des logements.

Pour la ministre de la Transition écologique, il faut « simplifier le système d’accompagnement » des Français lors de leurs travaux. Un chantier qu’elle mène aux côtés de Julien de Normandie et Emmanuelle Wargon.

« À partir de 2020, d’abord pour les Français les plus modestes, les aides ne prendront plus la forme d’un crédit d’impôt après les travaux, mais directement d’une subvention. » « Le montant de la subvention dépendra de l’efficacité du geste que vous ferez. Plus l’ambition est importante, moins le reste à charge sera élevé. Par exemple, pour les Français les plus modestes, l’aide pourra aller jusqu’à 11 000 euros s’ils souhaitent acquérir une chaudière biomasse. »

Ces simplifications devraient mettre un terme aux « passoires thermiques » : « La loi Énergie et Climat vise notamment à en sortir à horizon de dix ans avec des mécanismes d’abord incitatifs, puis des mécanismes plus contraignants qui devront être définis d’ici 2023. » souligne la ministre.

Côté énergie, Elisabeth Borne insiste sur sa volonté de développer davantage le solaire:  » Dès aujourd’hui, on va donner un coup d’accélérateur. Je vais désigner 107 projets lauréats d’un appel d’offres pour le photovoltaïque. Concrètement, nous allons augmenter de 10 % notre capacité à produire de l’énergie par le solaire. »