Le gouvernement bulgare s’indigne des propos d’Emmanuel Macron et demande des excuses. Dans un entretien à Valeurs Actuelles, le président français a dit « préfère avoir des gens qui viennent de Guinée ou de Côte d’Ivoire légaux que des filières bulgares ou ukrainiennes clandestines. »

Avec notre correspondant à Sofia, Damian Vodenitcharov

L’ambassadrice de France convoquée au ministère des Affaires étrangères, une protestation solennelle émise par l’ambassade de Bulgarie, le ministre de la Défense qui exige des excuses de la part d’Emmanuel Macron… La réaction du gouvernement bulgare n’a pas tardé.

Ekatérina Zahariéva, ministre des Affaires étrangère, se dit « perplexe » après les propos du président français, qui pourrait être même « insultants » pour la communauté bulgare en France.

Le ministre de la Défense Krassimir Karakatchanov s’indigne du fait que Macron mêle la Bulgarie aux problèmes de la France. La réponse du Premier ministre Boïko Borissov est plus mesurée ; il dit avoir été contacté par le président français, qui lui aurait expliqué ses propos.

Malgré ses tensions, le gouvernement bulgare assure que les relations bilatérales entre les deux pays ne souffriront pas suite à cet incident. Emmanuel Macron s’est récemment opposé à l’adhésion européenne des Balkans occidentaux, et notamment de la Macédoine, une idée que la Bulgarie avait lancée en 2018, lorsqu’elle assurait la présidence tournante de l’UE.