Une dizaine de familles de femmes et d’enfants retenus en Syrie ont déposé plainte contre X à Paris mardi pour détention arbitraire et séquestration.

Plusieurs familles de femmes et enfants retenus en Syrie ont porté plainte contre X ce mardi en France pour détention arbitraire et séquestration. Elles estiment que les autorités françaises font « clairement le choix de ne pas intervenir » pour les rapatrier, déclare leur avocate.

Les plaintes, consultées par l’AFP, soulignent que « depuis le mois de janvier 2018, les autorités françaises sont informées du fait que des ressortissants français majeurs et mineurs sont privés de liberté au Kurdistan syrien, et que cette détention présente un caractère arbitraire puisque lesdits ressortissants sont détenus sans droit ni titre ».

Le gouvernement français rapatrie au « cas par cas »

Ces détentions illégales se poursuivent « sans que les autorités françaises n’aient tenté d’agir d’une façon ou d’une autre pour y mettre un terme », d’après les plaintes.

Le gouvernement français a accepté jusqu’ici de rapatrier des enfants de ces camps au « cas par cas ». Après des mois de tergiversations dans un contexte de forte hostilité de l’opinion, Paris a rapatrié le 10 juin 12 orphelins, après 6 rapatriements en mars.

Plusieurs recours ont en effet été tentés depuis un an devant la justice administrative française pour contraindre l’Etat à rapatrier ses ressortissants, sans succès.