Les autorités pensent que Gerardo Rojas Castillo s’est fait passer pour un déserteur afin d’espionner l’armée colombienne. Il a passé plus d’un an sur le territoire colombien. De quoi tendre un peu plus les relations déjà très mauvaises entre la Colombie et le Venezuela.

Avec notre correspondant à Caracas, Benjamin Delille

C’est l’armée de terre colombienne qui a annoncé l’arrestation, le 10 juin, de Gerardo Rojas Castillo. Ce militaire vénézuélien a été interpellé près de Valledupar, une ville du nord de la Colombie et proche de la frontière vénézuélienne.

Lors de son arrestation, Castillo aurait reconnu être toujours membre de la Force nationale bolivarienne et aurait même présenté des documents attestant qu’il est toujours un sergent-chef actif dans ce corps de l’armée vénézuélienne.

Pourtant, c’est en tant que déserteur qu’il est entré en Colombie, en février 2019, comme un millier d’autres militaires. Tous ont alors décidé de rejoindre Juan Guaidó lors de sa tentative ratée pour faire entrer de l’aide humanitaire américaine au Venezuela. Castillo, quant à lui, se serait déguisé en vendeur ambulant de fruits afin d’espionner une base militaire à Valledupar. Rapidement mis sous surveillance, il aurait ensuite travaillé comme vigile d’une entreprise privée afin d’observer « les mouvements externes » de cette base, selon l’armée colombienne.

Son arrestation ne devrait pas aider au rapprochement de la Colombie et du Venezuela. Leurs relations diplomatiques sont rompues depuis février 2019 et Nicolas Maduro, le président vénézuélien, ne cesse d’accuser son voisin d’œuvrer pour le renverser.