Le président américain Donald Trump a déclaré l’état d’urgence à l’approche d’une tempête tropicale qui s’approche dangereusement de La Nouvelle-Orléans et qui pourrait se transformer en ouragan.

Hantés par le souvenir de Katrina de 2005, l’un des ouragans les plus puissants de l’histoire des Etats-Unis, les habitants de la Nouvelle-Orléans craignent le pire. Alors qu’une partie de la côte de Louisiane a été placée en pré-alerte ouragan, une violente tempête tropicale baptisée Barry devrait déverser des pluies torrentielles sur la région, vendredi soir ou samedi matin.

Si les prévisions se concrétisent, Barry serait le premier ouragan de la saison dans l’Atlantique. Selon les prévisions, la tempête, qui se trouvait hier à 21h00 GMT à 145 kilomètres au sud-est de l’embouchure du Mississippi, devrait être un ouragan de catégorie 1, avec des vents d’environ 120 km/h. A titre de comparaison, Katrina, qui a causé la mort de plus de 1 800 personnes, avait atteint la catégorie 5.

Des crues «soudaines» et «potentiellement mortelles»

Pour faire face à la menace d’inondations le long du fleuve Mississippi, des milliers de Louisianais protègent leur pas de porte avec des sacs de sable ou se sont enfuis autour de la ville. Les services météorologiques de la ville située en dessous du niveau de la mer ont en effet prévenu que les inondations «pourraient entraîner des crues soudaines et des crues des principaux cours d’eau potentiellement mortelles». «Les fortes précipitations constituent l’une des principales menaces de cette tempête tropicale. Des précipitations de 25 à 50 centimètres sont prévues sur notre région avec, par endroits, des niveaux pouvant atteindre 65 centimèters», a mis en garde dans un tweet, hier soir, le Consulat général de France en Louisiane.

Pour faire face à cette tempête, les autorités, qui ont rappelé que les inondations étaient responsables de 75% des décès lors d’un ouragan, ont exhorté les habitants à sécuriser leurs biens et à se mettre à l’abri. Sur Twitter, la maire de la ville, LaToya Cantrell, a dressé une liste de fournitures d’urgence : nourriture non périssable pendant trois jours, une dizaine de litres d’eau par personne, médicaments, ouvre-boîtes manuel, lampe de poche, allumettes et trousse de premiers secours. Des ordres d’évacuation obligatoire ont également été lancés jeudi en milieu de journée dans plusieurs comtés.

«C’est vraiment la rivière qui nous inquiète», a déclaré Betsey Hazard, une habitante vivant à un pâté de maisons du fleuve. «Ils disent que la rivière ne sortira pas de son lit à la Nouvelle-Orléans, mais nous avons un enfant de 5 ans et un autre de 10 mois, et nous ne voulons pas prendre de risques». Par conséquent, la famille a déclaré qu’elle s’apprêtait à quitter la ville pour se rendre dans l’Etat voisin du Mississippi.