Le médecin de Vincent Lambert a décidé d’interrompre ses traitements dès ce mardi.

Le médecin de Vincent Lambert a décidé ce mardi d’arrêter les traitements de son patient, selon nos informations recoupées auprès de sources concordantes. Il pourrait les interrompre dans la journée.

Cette décision succède à la sentence rendue vendredi dernier par la Cour de cassation qui avait aboli la suspension de l’arrêt des traitements prononcée le 20 mai dernier par la Cour d’appel de Paris. pourvu de ce nouvel élément juridique, le praticien a a déterminé que « la procédure d’arrêt des traitements serait poursuivie ce jour ».

Querelle familiale, controverse sociétale

Vincent Lambert est âgé de 42 ans et, tétraplégique, se trouve dans un état végétatif depuis dix ans. Il est le centre d’une controverse familiale et sociétale. D’un côté, ses parents, Viviane et Pierre Lambert, ainsi que certains frères et sœurs, demandent le maintien des soins expliquant qu’il ne peut être considéré comme étant en fin de vie. De l’autre côté, l’épouse du patient, Rachel Lambert, et certains frères et sœurs de ce dernier, dénoncent dans la situation actuelle un « acharnement thérapeutique ».

Lundi, les deux parties ont pris la parole sur notre antenne. Rachel Lambert a dit vouloir voir son « mari en homme libre », demandant qu’il soit « respecté dans ses convictions », assurant qu’ils avaient tous deux les mêmes sur ce point. La mère de Vincent Lambert, Viviane, avait sollicité auparavant l’ONU. Depuis Genève et le siège du Conseil des droits de l’Homme de l’institution, elle avait déclaré à notre micro peu auparavant: « Je pense qu’il faut quand même que les parents se manifestent, on a le droit d’être mécontents, on a le droit de défendre notre fils. J’irai jusqu’au bout, rien ne m’arrêtera. »

Ses avocats menacent de poursuivre pour meurtre avec préméditation le médecin s’il venait à stopper les traitements.