Si le Tchad a déjà fermé son aéroport pendant 14 jours et met en place des contrôles de température aux postes frontaliers, le pays a décidé de mettre en place de nouvelles mesures depuis la confirmation d’un cas de coronavirus sur le territoire. Ces nouvelles mesures sont adoptées jusqu’à nouvel ordre et sont plus ou moins appliquées dans la capitale.

Avec notre correspondante à Ndjamena, Aurélie Bazzara-Kibangula 

Les autorités tchadiennes souhaitent garder la pandémie du coronavirus sous contrôle. Et pour cela, elles ont pris de nouvelles mesures préventives après avoir déclaré un premier cas de personne infectée sur le territoire, un passager marocain en provenance de Douala venu quelques jours avant la fermeture du ciel tchadien.

A Ndjamena, les établissements scolaires ont fermé leurs portes comme les bars et les restaurants. Les patrouilles de police ont été renforcées pour ordonner la fermeture des établissements qui restent malgré tout ouverts.

Autres mesures prises par les autorités : l’interdiction des rassemblements de plus de 50 personnes. Les lieux de cultes et les mosquées doivent également garder portes closes. Mais c’est l’incompréhension du côté de certains croyants qui continuent de se rassembler pour prier.

Malgré ces fermetures, la capitale tchadienne est loin d’être à l’arrêt. Les transports en commun continuent à faire le plein malgré l’appel des autorités à respecter les règles d’hygiène et de distanciation. Et les allées des marchés sont bondées comme d’habitude. Seule différence notable : de plus en plus de passants portent des masques de protection et des caches-nez.