L’association Handi’chiens a formé à la demande du procureur de Cahors un chien d’assistance judiciaire pour aider les victimes à témoigner lors d’une audition au tribunal.

C’est une grande première en France. À Cahors, dans le Lot, le labrador aux poils noirs Lol est devenu chien d’assistance judiciaire. Depuis deux ans, ce jeune chien est formé à accompagner les victimes, et notamment les enfants, au cours des audiences judiciaires pour les mettre en confiance et les inviter à parler plus facilement. Il a été remis ce jeudi après-midi au centre d’incendie et de secours de la ville de Cahors, où il logera, pour commencer sa mission.

Si en France cette fonction canine est totalement inconnue, aux États-Unis et au Canada, c’est un phénomène déjà bien ancré dans les tribunaux. Et c’est ce qui a donné l’idée à Frédéric Almendros, le procureur de Cahors, de créer cette même initiative en France. Il a contacté l’association Handi’chiens, qui s’occupe habituellement du dressage de chiens pour des personnes malvoyantes, à mobilité réduite ou encore pour détecter les crises d’épilepsie. «Il a voulu monter ce projet il y a deux ans. Nous avons tout de suite accepté car nous avons confiance en cette idée», explique Marie-Claude Lebret, fondatrice d’Handi’chiens.

Lol n’ouvre pas de portes, n’aide pas son maître à éviter les obstacles comme des trottoirs ou des escaliers. Il réconforte, câline, et se laisse volontiers caresser. En fait, Lol est une vraie peluche. Mais avant d’apaiser et encourager la victime à libérer sa parole au tribunal, le chien doit d’abord la rencontrer. Une complicité et une relation de confiance entre les deux êtres sont nécessaires pour faciliter ce travail psychologique. Mais seul Frédéric Almendros pourra décider si les victimes ont besoin du soutien de Lol.

Un chien choisi pour son tempérament calme et observateur

Tous les chiens ne peuvent pas faire le même travail que Lol. Depuis trente ans, Handi’chiens préfère travailler avec des labradors et des goldens retrievers. «Ils sont grands et peuvent donc être caressés facilement. Avec leurs oreilles tombantes, ils inspirent la confiance», indique la fondatrice de l’association. Et parmi tout un panel de chiots, c’est Lol qui a été choisi, à l’âge de deux mois. «Il a appris à être imperturbable. Il ne réagit pas aux bruits de portes ou au passage des robes des avocats. C’est un chien sociable, observateur et calme. C’était dans sa nature déjà quand il était chiot», indique Marie-Claude Lebret.

Le chien est le meilleur ami de l’homme et son plus fidèle compagnon. Et il soigne bien des maux. «Lol a un profil proche de celui de l’Homme. Il ressent les émotions. Pour nous, ce travail avec ce chien est un chemin extrêmement important sur le plan humain. C’est très émouvant pour tous ces enfants et ces personnes qui ont vécu des choses si difficiles», confie Marie-Claude Lebret. Même si des pompiers ont été formés pour s’occuper et comprendre le labrador, Lol reste la propriété d’Handi’chiens. Des bilans réguliers de son travail seront effectués, d’abord tous les mois puis tous les six mois.

Pour l’heure, l’association ne forme pas d’autres chiens à l’assistance judiciaire. «Nous ferons d’autres formations quand il y aura de nouvelles demandes», précise la fondatrice. Chaque année, Handi’chiens forme 150 chiens gratuitement pour venir en aide à ceux qui en ont besoin. Depuis 30 ans, 2500 chiens ont été offerts.