Le président malawien a demandé « de réduire les salaires du président, des ministres et des vice-ministres du gouvernement de 10% pendant trois mois et d’utiliser ces ressources contre le coronavirus ».

Le président du Malawi Peter Mutharika a annoncé samedi soir qu’il baissait son salaire et celui de ses ministres afin de dégager des fonds pour financer la lutte contre la pandémie de coronavirus, qui a infecté quatre personnes dans son pays.

« Je demande au Trésor de réduire les salaires du président, des ministres et des vice-ministres du gouvernement de 10% pendant trois mois et d’utiliser ces ressources contre le coronavirus », a déclaré Peter Mutharika lors d’une allocution télévisée.

L’état d’urgence déclaré depuis le 23 mars

Le chef de l’Etat a déclaré le 23 mars l’état d’urgence et ordonné la fermeture des écoles jusqu’à nouvel ordre pour endiguer l’épidémie. Samedi soir, il a annoncé l’ouverture de nouveaux centres de dépistage du Covid-19, une baisse des prix des carburants pour faciliter les déplacements vers ces centres et le recrutement par le ministère de la Santé de 2.000 agents supplémentaires.

« Nous avons besoin de plus de soldats et de ressources humaines pour ce combat », a-t-il estimé, en promettant de tout faire « pour protéger les emplois, les revenus et les entreprises » et d’assurer « la survie de l’économie ».

Le Malawi est considéré comme l’un des pays les plus démunis de la planète. Selon la Banque mondiale, plus de la moitié (51,5%) de ses 17 millions d’habitants vit sous le seuil de pauvreté.