L’ancien président de la République Nicolas Sarkozy a moqué devant des proches le « double discours » de François-Xavier Bellamy : « On me dit qu’il est modeste. Ah bon? ll a quand même été tête de liste aux européennes », a-t-il ironisé.

Nicolas Sarkozy distribue les conseils à ceux, nombreux, qui défilent dans son bureau en ces temps de disette électorale à droite. « Quand la vague recule, elle revient toujours », a ainsi assuré l’ex-président à un de ses interlocuteurs, en lui suggérant de mettre à profit les départs d’élus LR. « Quand les autres désertent, c’est là qu’il faut s’installer. » Il raille par ailleurs le « double discours » de François-Xavier Bellamy : « On me dit qu’il est modeste. Ah bon? ll a quand même été tête de liste aux européennes. » Et de lâcher : « Il a l’ambition et l’arrogance des hommes politiques sans en avoir la chair, les sentiments. »

A Belfort, Nicolas Sarkozy a redit que la politique n’est « plus son quotidien »

L’ancien président de la République a aussi été interrogé vendredi sur la situation des Républicains lors d’un déplacement à Belfort pour l’inauguration d’une rue Simone Veil. En retrait de la vie politique depuis sa défaite au premier tour de la primaire de la droite en 2016, Nicolas Sarkozy a répondu : « j’ai beaucoup de fidélité, d’amitié pour les militants, les électeurs, tous ceux qui m’ont fait confiance. Je les aime beaucoup mais ce n’est plus mon quotidien, ce n’est pas ma responsabilité. Je ne suis plus élu ».