Alors que le Royaume-Uni s’enlise dans la crise, faisant craindre un « no deal », des fonctionnaires européens racontent leur lassitude à franceinfo.

« L’heure tourne, arrêtez de parler, agissez. » Le Premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel a clairement manifesté son agacement, lundi 16 septembre, face à la stratégie de Boris Johnson sur le Brexit. « Ne faites pas de l’Union européenne le méchant de l’histoire, a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse conjointe à laquelle le Premier ministre britannique n’a finalement pas participé. Les Vingt-Sept n’accepteront à aucun moment d’être responsables (…) pour le bazar dans lequel nous sommes. »

Outre-Manche, le gouvernement britannique s’enfonce en effet dans une crise politique sans précédent. Après avoir essuyé une série de revers au Parlement, le Premier ministre, Boris Johnson, a suspendu les travaux des députés jusqu’au 14 octobre, soit deux semaines avant la date prévue du Brexit. Une décision dont la légalité doit être évaluée par la Cour suprême britannique lors d’une audience de trois jours, du 17 au 19 septembre.

« Nous faisons preuve de beaucoup de patience »

Sur le continent, ces revirements britanniques sont observés avec une certaine incrédulité. « On a l’impression de suivre un feuilleton sans fin. C’est intéressant de créativité, ironise une source proche des négociateurs européens mobilisés pour le Brexit, interrogée par franceinfo. Nous faisons preuve de beaucoup de patience et d’endurance. » La volonté de Boris Johnson de rouvrir les discussions sur l’accord négocié par sa prédécesseure a été accueillie froidement. « Nous avons accordé un délai au Royaume-Uni pour que le gouvernement ait plus de temps pour faire ratifier le texte, rappelle un autre proche des négociateurs. Mais après cinq mois, on a un nouveau Premier ministre qui veut effacer le ‘backstop’ [une mesure censée éviter le retour d’une frontière « dure » en Irlande] et réécrire l’accord. »

Nous n’avons pas accepté un report du Brexit pour tout reprendre du début.

Un fonctionnaire européen

à franceinfo

Officiellement, le Royaume-Uni négocie toujours avec l’UE. David Frost, conseiller de Boris Johnson, s’est rendu à plusieurs reprises à Bruxelles en août et en septembre. « Des progrès énormes sont en cours, a même déclaré Boris Johnson dans un entretien au Daily Mail (en anglais), dimanche 15 septembre. Il va y avoir beaucoup de travail d’ici le [Conseil européen du] 17 octobre. Mais je vais aller à ce sommet et je vais obtenir un accord, j’ai vraiment bon espoir. »

« La priorité de Boris Johnson est de partir »

Selon les fonctionnaires européens interrogés par franceinfo, la réalité est tout autre. « Alors que la priorité de Theresa May était une sortie avec un accord, celle de Boris Johnson est de partir le 31 octobre », s’agace un proche du dossier. Selon cette source, « le Premier ministre préfère instaurer un rapport de force avec l’UE » plutôt que d’œuvrer à trouver une solution concertée.

Il n’y a pas vraiment de négociations, parce que les Britanniques ne font aucune proposition concrète.

Un fonctionnaire européen

à franceinfo

« Avec les équipes de Theresa May, nous avons eu durant deux ans des rencontres, relève une fonctionnaire de la Commission. Il y avait des blocages, mais on discutait tout de même d’éléments concrets, sur la base de propositions formulées par écrit. Ce n’est plus le cas. »

Un responsable européen constate ainsi, sous couvert d’anonymat, que Londres peine à proposer une « solution opérationnelle » pour la mise en œuvre du Brexit. « Nous ne refusons pas d’abandonner le ‘backstop’ et l’accord sur la table parce que nous sommes ‘rigides’, mais parce que c’est la seule solution qui marche pour l’instant, martèle-t-il. Tout accord doit permettre de protéger la paix et l’économie en Irlande. »

« Il n’hésite pas à balayer tout ce qui a été fait »

Au-delà des négociations qui piétinent, le personnage de Boris Johnson hérisse. Si Bruxelles assure « vouloir travailler avec tout le monde », certains reconnaissent que le nouveau Premier ministre britannique peut « créer pas mal d’irritation » au sein des institutions européennes. « Il n’hésite pas à attaquer l’UE, à balayer d’un geste de la main tout ce qui avait été discuté, pointe un fin connaisseur du dossier. Il y a une forme d’exaspération : si les fonctionnaires britanniques restent d’un professionnalisme exemplaire, l’échelon politique brouille tout. »

On n’est pas surpris par le personnage, connu depuis longtemps à Bruxelles. Il est conforme à ce qu’on attendait, grande gueule et pas dans la demi-mesure.

Une membre de la Commission

à franceinfo

Et cette dernière de constater une forme « d’atterrement » des Européens après les « premières semaines » du conservateur au 10 Downing Street. La décision de « BoJo » de suspendre le Parlement britannique durant cinq semaines a choqué de nombreux responsables européens. « Si la suspension est habituelle en septembre, il n’est pas normal qu’elle intervienne sur une période si longue, encore moins juste avant que le Royaume-Uni ne quitte l’UE », estime une source bruxelloise. « C’est une décision extrême, tance la fonctionnaire européenne. Alors que Theresa May a joué le jeu du débat parlementaire jusqu’à l’essoufflement, Boris Johnson empêche les députés de siéger et les menace d’organiser des élections anticipées. On flirte avec les limites du système démocratique. »

« Le ‘no deal’ ne sera jamais notre choix »

« Nous avons fait beaucoup d’efforts pour faire avancer l’accord et le Brexit, mettre dans les mains des Britanniques une possibilité de sortie organisée. On les a même aidés à formuler une partie des demandes qu’ils étaient incapables de formuler, insiste cette fonctionnaire. Mais notre patience atteint ses limites et la confiance s’érode. » Selon cette source, l’exécutif britannique commence à entamer sa « crédibilité » auprès de la communauté internationale. « Si le Royaume-Uni est un Etat qui se veut fiable, respectueux de ses engagements internationaux, il ne peut pas faire le choix du ‘no deal’ et menacer de ne pas régler la facture due à l’UE », abonde un autre connaisseur du dossier.

On attend désormais que le Royaume-Uni se comporte comme un Etat digne de ce nom, pas comme un Etat de second rang dont la parole n’a aucune valeur.

Un responsable européen

à franceinfo

« Face au bruit et à l’agitation britannique », Bruxelles se veut ferme. « Nous sommes ouverts à la discussion, mais les Britanniques doivent exprimer ce qu’ils veulent, pas seulement ce dont ils ne veulent pas », insiste une source proche du dossier. Un report du Brexit reste une possibilité pour « éviter une sortie de l’UE sans accord », mais Londres devra motiver sa demande : « Le ‘no deal’ ne sera jamais notre choix, mais il faut que les Vingt-Sept aient une raison valable pour l’accorder. » A moins de deux mois de la date fatidique du 31 octobre, l’UE se dit désormais « prête » pour faire face à un éventuel « no deal ». « Cette possibilité s’est renforcée. Mais tous les plans de contingence sont prêts pour le 31 octobre. Nous attendons juste que les Britanniques se décident. »