Les intempéries menacent mercredi soir cinq départements de PACA et de Corse, placés en vigilance orange à cause de très forts orages qui ont laissé une septuagénaire « en urgence absolue » dans l’Hérault. Cette habitante de Cazouls-d’Hérault, à 45 kilomètres de Montpellier, aurait paniqué devant la montée de l’eau. Elle est sortie de sa maison, malgré les consignes d’attendre à son domicile l’arrivée des secours, qu’elle avait reçues des autorités, selon une source proche du dossier. Les pompiers l’ont retrouvée inanimée dans une vigne. Elle a été réanimée et héliportée vers le centre hospitalier de Montpellier.

Cinq départements toujours en vigilance orange

Le front orageux, qui a balayé depuis la nuit de mardi le Golfe du Lion, avant de se décaler vers l’est, devrait être actif jusqu’à jeudi midi, selon Météo France. Depuis 18 heures, le Gard n’est plus en vigilance orange, qui concerne désormais cinq départements : Alpes-Maritimes, Bouches-du-Rhône, Var, Vaucluse et Haute-Corse.

De Marseille à la Cote-d’Azur, les communes se sont préparées aux trombes d’eau, en fermant des routes littorales comme dans les Alpes-Maritimes entre Antibes et Villeneuve-Loubet, ou encore en appelant « la population à rester à l’abri et ne pas prendre la route » du tout, comme l’a fait le préfet du Var. Dans la cité phocéenne, où la chaussée du Vieux-Port a été inondée, un arbre sur une avenue alors que les parcs et les jardins ont été fermés par précaution.

Le trafic ferroviaire fortement impacté

La circulation ferroviaire sera interrompue entre Sète et Narbonne jusqu’au lundi 4 novembre au matin en raison d’importants dégâts causés par les intempéries ces dernières 24 heures sur le Languedoc, indique la SNCF. « La plateforme ferroviaire a été fragilisée en plusieurs endroits, avec parfois près de dix mètres de vide sous les voies, qui sont suspendues en l’air », précise un communiqué. « Des travaux importants de confortation et de remplacement des voies et des installations caténaires vont être nécessaires » et prendront au moins une dizaine de jours, selon la SNCF. Jusqu’au 4 novembre, les TGV à destination de Paris partiront donc de Montpellier et ceux qui viennent de la capitale auront pour terminus Montpellier.

1.000 personnes évacuées dans l’Hérault

En journée, les pluies les plus intenses se sont abattues sur l’Hérault, notamment autour de Béziers, où « plus de 310 litres d’eau par mètre carré se sont abattus », selon le préfet Jacques Witkowski. « Cela fait plusieurs années que l’on n’avait pas vu un mouvement de pluie aussi large, qui concerne (une zone) de l’Espagne à la France, sur aussi peu de temps », a-t-il commenté.

Sous une pluie diluvienne et des vents violents, près de 1.000 personnes ont été évacuées dans ce département, sur des routes, chez elles, ou d’un camping pour la moitié d’entre elles. Les pompiers ont procédé à 113 sauvetages, dont 38 par hélicoptère. Ils ont du également mettre « en sécurité »une vingtaine de chevaux. Dans les faubourgs de Béziers, Yves Scio, 85 ans, relativisait. « J’ai 20 centimètres d’eau dans le garage. Ce n’est pas grand chose, il suffit de nettoyer. Mais le boulanger a tout perdu ». « Les inondations, on les connaît », déplore-t-il, « mais ça fait quand même mal au ventre pour les dégâts qu’il y a ».

Le toit d’une salle de sport s’effondre à Montpellier

Dans le centre de Montpellier, l’accumulation d’eau a rendu la circulation difficile et quatre personnes ont été assistées après s’être réfugiées sur des toits de voitures dans des rues où l’eau est montée brusquement. La toiture d’une salle de sport s’est effondrée, dans le nord de la ville, sans faire de blessé, selon les pompiers.

Outre les pluies, les autorités surveillent le niveau des cours d’eau. Dans les prochaines heures, les orages devraient continuer de s’accompagner de vents violents, et « des phénomènes locaux de tornade ne sont pas à exclure », selon Météo France. La Haute-Corse, elle, serait touchée dans la nuit avec des cumuls atteignant localement 150 millimètres.