Voici les développements concernant l’épidémie du nouveau coronavirus dans le monde et en France.

La situation en France ce samedi

L’épidémie de coronavirus a fait au moins 19 323 morts en France depuis début mars, soit 642 de plus en 24 heures, mais le nombre de patients hospitalisés et en réanimation poursuit sa décrue, a indiqué samedi la direction générale de la Santé. Un total de 11 842 décès a été enregistré dans les hôpitaux (+364) et 7481 (+278) dans les maisons de retraite médicalisées (Ehpad) et autres établissements médico-sociaux, a précisé la DGS dans un communiqué.

Le nombre de patients hospitalisés pour une infection au Covid-19 s’élevait samedi à 30 639, avec un solde en baisse de 551. Parmi ceux-ci, 5833 patients dans un état grave étaient hospitalisés en réanimation, avec un solde négatif de 194 sur vendredi. Il s’agit du dixième jour de baisse nette du nombre de patients en réanimation et du 4ème de baisse des hospitalisés.

Une partie de l’hôpital de campagne des armées déployé au pied de l’hôpital civil de Mulhouse pour le soulager face à l’épidémie de Covid-19 a commencé à être démontée vendredi, afin de ramener sa capacité de 30 à 20 lits en raison de l’amélioration de la situation, a-t-on appris samedi auprès des armées.

Le bilan est définitif : 1046 marins du porte-avions français Charles de Gaulle ont été testés positifs au nouveau coronavirus sur un total de 1760, selon l’armée française. Près de 50% des cas sont asymptomatiques. Entre 20 et 30 marins sont actuellement hospitalisés selon les jours, et un major d’une cinquantaine d’années est en réanimation. Son état est stationnaire et ses « réflexes respiratoires fonctionnent ».

Dans le monde

La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 154 188 morts dans le monde depuis son apparition en décembre en Chine, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles samedi à 11h00 GMT. Plus de 2 251 690 cas d’infection ont été officiellement diagnostiqués dans 193 pays et territoires depuis le début de l’épidémie. Ce nombre de cas diagnostiqués ne reflète toutefois qu’une fraction du nombre réel de contaminations, un grand nombre de pays ne testant que les cas nécessitant une prise en charge hospitalière. Parmi ces cas, au moins 497 600 sont aujourd’hui considérés comme guéris.

Les États-Unis, qui ont recensé leur premier décès lié au coronavirus fin février, sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 37.079 décès pour 706.779 cas. Au moins 59.672 personnes ont été déclarées guéries.

Le Royaume-Uni a annoncé samedi 888 morts supplémentaires à l’hôpital de patients atteints par le nouveau coronavirus, ce qui porte à 15 464 le nombre total de victimes de cette maladie dans le pays. Ce chiffre est en hausse par rapport aux 847 décès annoncés vendredi par le ministère de la Santé. Le nombre de personnes testées positives au coronavirus a atteint au total 114 217, en augmentation de 5526 par rapport à la veille, selon le ministère de la Santé.

En Espagne, le nombre de morts du nouveau coronavirus a dépassé la barre des 20 000, alors que le pays est soumis à un confinement des plus stricts depuis cinq semaines, a annoncé samedi le ministère de la Santé. Depuis le début de l’épidémie, 20.043 personnes ont succombé à la maladie dans le troisième pays le plus endeuillé du monde derrière les Etats-Unis et l’Italie. En 24 heures, le nombre de morts s’est élevé à 565, une légère baisse par rapport aux 585 notifiés vendredi et loin du record de morts en un jour enregistré le 2 avril. Le nombre de cas confirmés s’élève au total à 191 726, après un ralentissement de la progression ces derniers jours malgré un plus grand nombre de tests pratiqués, tandis que le nombre de personnes guéries s’élève à près de 75 000.

Le nouveau coronavirus a fait plus de 5000 morts en Iran, selon les chiffres officiels annoncés samedi à Téhéran, où les petits commerçants commencent à rouvrir après une longue fermeture imposée par la crise sanitaire. Les autorités ont dénombré 73 décès supplémentaires depuis vendredi midi, ce qui porte à 5031 le nombre total de morts dus à la maladie dans la République islamique, a déclaré le porte-parole du ministère de la Santé, Kianouche Jahanpour à la télévision.

Après les États-Unis, les pays les plus touchés sont l’Italie avec 22 745 morts pour 172 434 cas, l’Espagne avec 20 043 morts (191 726 cas), la France avec 18 681 morts (147 969 cas), et le Royaume-Uni avec 15 464 morts (114 217 cas). La Chine (sans les territoires de Hong Kong et Macao), où l’épidémie a débuté fin décembre, a officiellement dénombré au total 82 719 cas (352 nouveaux entre vendredi et samedi), dont 4632 décès, et 77 029 guérisons.

L’Europe totalisait samedi à 11h00 GMT 97 985 décès pour 1 115 555 cas, les Etats-Unis et le Canada 38 445 décès (738 706 cas), l’Asie 6837 décès (158 764 cas), le Moyen-Orient 5452 décès (119 462 cas), l’Amérique latine et les Caraïbes 4367 décès (91 699 cas), l’Afrique 1016 décès (19 674 cas), et l’Océanie 86 décès (7835 cas). Ce bilan a été réalisé à partir de données collectées par les bureaux de l’AFP auprès des autorités nationales compétentes et des informations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Déconfinement en France : le casse-tête du gouvernement

Pas de discrimination des personnes âgées: dans le casse-tête du déconfinement, Emmanuel Macron a fixé une première orientation, avant un nouvel exposé pédagogique auquel se livrera dimanche le Premier ministre Edouard Philippe.

Mercredi, le président du comité scientifique qui conseille les autorités, le Pr Jean-François Delfraissy, avait indiqué que les personnes « au-dessus de 65 ou de 70 ans » devraient rester confinées. Niet présidentiel: « Le chef de l’Etat ne souhaite pas de discrimination entre nos concitoyens après le 11 mai » et « en appellera à la responsabilité individuelle », a indiqué l’Elysée vendredi soir.

Emmanuel Macron, explique la présidence, a souhaité faire cette mise au point en voyant « monter le débat sur la situation de nos aînés, après les déclarations du Pr Jean-François Delfraissy ». Le 13 avril, il avait indiqué que « pour leur protection, nous demanderons aux personnes les plus vulnérables, aux personnes âgées, en situation de handicap sévère, aux personnes atteintes de maladies chroniques, de rester, même après le 11 mai, confinées, tout au moins dans un premier temps ». Mais il n’avait alors pas précisé si cette « demande » aurait un caractère obligatoire, comme le confinement actuel, ou ne serait qu’un conseil. La « responsabilité », c’est le mot qu’a également employé le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, en vue de « freiner tout risque de diffusion virale ».