La Chine connait de sérieux problèmes d’électricité en ce moment. Un problème qui se pose avec acuité et qui risque de plonger le pays dans une catastrophe économique mondiale. Premier investisseur sur le continent africain, l’économie chinoise est étroitement liée à ses partenaires locaux en Afrique. Et ce qui se passe en Chine pourrait agir sur les économies africaines en particulier.

Comme la Côte d’Ivoire en mai 2021, la Chine est récemment entrée dans une phase de rationnement de la fourniture de son électricité. Si en Côte d’Ivoire, la Compagnie Ivoirienne d’Electricité, malgré toutes les critiques, a pu brillamment contenir cette situation.

Or, le rationnement de l’électricité auquel la Chine est contrainte devra rapidement trouver une alternative, si le pays ne veut pas connaitre une terrible crise économique aux conséquences imprévisibles. En effet, ce sont de nombreuses provinces qui tiennent l’économie du pays qui sont touchées.

En plus de la province de Guangdong qui détient plus de 10 % de la production économique annuelle de la Chine, et une part plus importante de son commerce extérieur, on note que pas moins de neuf autres provinces dont le Yunnan, le Guangxi et le centre de production du Zhejiang vivent difficilement le rationnement de l’électricité.

Devant la persistance du phénomène, de grandes entreprises chinoises sont menacées et pour beaucoup, il n’y a pas d’autres alternative que de fermer leurs portes quelques jours par semaine. L’Afrique ne sera pas en reste si la situation se prolonge. conséquences. Une baisse de 1% de la croissance de l’investissement intérieur de la Chine correspondrait à une baisse moyenne de 0,6% de la croissance de l’Afrique, à en croire un rapport du Fonds Monétaire International.

Pour la Côte d’Ivoire est la note risque d’être très salée. En effet, en cumulant les projets financés par la Chine, la barre de 4,5 milliards de dollars a été atteinte en 2017. Et ce sont plusieurs secteurs dont la construction immobilière, l’alimentation, l’eau potable, le transport, l’énergie qui seront touchés en cas de crise en Chine. La Chine a par exemple réalisé le stade olympique d’Ebimpé avec pas moins de 63 milliards de FCFA. On note aussi des investissements chinois dans le secteur portuaire et dans l’électricité.

254 milliards de FCFA ont été concédés par la China national complete plant import-export Corporation, pour financer le port sec de Ferkessédougou au nord. La Côte d’Ivoire prise aussi la destination chinoise dans une grande partie de ses importations. C’est donc dire que la menace est réelle pour le pays.

Que faire pour la Chine, vu que la situation pourrait durer et impacter l’économie chinoise et l’économie mondiale ? Pourquoi ne pas copier l’exemple de la CIE ?

Poumon de l’économie ouest-africaine, la Côte d’Ivoire a connu la même situation que la Chine entre mai et juillet 2021. Du jour au lendemain, la Compagnie Ivoirienne d’Electricité a été obligée de gérer une crise totalement indépendante de sa volonté. Mais la direction et les professionnels de la CIE n’ont pas tremblé.

Avec courage et détermination, ils ont d’abord informé les populations mais surtout les industriels des désagréments que la situation de rationnement allait leur causer. Et cela, en dépit de toutes les récriminations aussi dures les unes que les autres. La population reste maintenue informée par des canaux de communication moderne (https://monelec.ci/home; 800 80022) par lesquels elles peuvent très rapidement faire des requêtes.