Le président Vladimir Poutine a signé cette loi, qui a été votée, et qui élargit les pouvoirs des policiers. En Russie, il n’y a plus besoin de mandat pour fouiller un véhicule et perquisitionner une maison.

Jusqu’ici, la police n’entrait sans mandat que dans le domicile de personnes classées « suspectes ». Sauf que ce classement, en Russie, était déjà très large, et l’obtention d’un mandat une formalité.

Les policiers peuvent désormais fouiller les effets personnels, « s’ils ont des raisons d’avoir des soupçons ». Désormais, ils sont autorisés à boucler, non seulement les scènes de crime mais aussi tous les rassemblements de masse, et enfin, d’autres zones – simplement et très vaguement – définies comme « dangereuses » pour les citoyens.

La loi attendait depuis un an et demi

Cela fait un an et demi que cette loi, qui était controversée en Russie, attendait la signature du président Poutine. Même la très sage Commission russe des droits de l’homme la critiquait.

Chaque jour ou presque voit son lot d’annonces de resserrement des libertés publiques en Russie. Cette semaine, la réputée libérale École d’économie de Moscou s’est vue adjoindre un responsable de la sécurité qui n’est autre qu’un gradé du FSB. De nombreux professeurs ont déjà été renvoyés cette année dans la foulée des manifestations de février, suite au retour d’Alexeï Navalny.