ohn Bolton, un ancien conseiller qui avait été congédié de la Sécurité nationale par le président américain détient d’importantes preuves infaillibles contre lui. Des passages d’un livre futur où il divulguerait toutes ces informations ont fuité dans la presse américaine. Et certaines révélations sont explosives.

Des révélations chocs qui ne vont pas redorer le blason du président américain. L’ex-conseiller américain à la Sécurité nationale, John Bolton limogé le 10 septembre 2019 en raison de désaccords avec Donald Trump a involontairement lâché les bombes qu’il avait promis contre ce dernier.

John Bolton accuse Donald Trump d’avoir cherché l’aide de la Chine pour remporter un second mandat en novembre, selon des extraits explosifs d’un livre intitulé « The Room Where It Happened » (ou « La Pièce où ça s’est passé ») à paraître le 23 juin prochain et qui provoquent l’indignation des démocrates.

Dans l’un des passages les plus explosifs du livre, John Bolton décrit des échanges embarrassants entre le 45e président des Etats-Unis et des dirigeants étrangers. En marge d’un sommet du G20 à Osaka (Japon) en juin 2019, Donald Trump aurait « détourné » la conversation avec Xi Jinping « vers la prochaine élection présidentielle », selon l’ancien conseiller.

Le locataire de la Maison Blanche aurait plaidé auprès du président chinois « pour qu’il fasse en sorte qu’il l’emporte », selon les extraits publiés simultanément par le « Wall Street Journal », le « New York Times » et le « Washington Post » mercredi 17 juin.

A l’occasion de cette entrevue, Donald Trump « a souligné l’importance des agriculteurs et de l’augmentation des achats chinois de soja et de blé sur le résultat de l’élection », selon le document.

Pour Joe Biden, l’ancien vice-président de Barack Obama et adversaire démocrate de Trump dans la course à la Maison-Blanche, le livre de John Bolton révèle tout simplement que « le président Trump a vendu les Américains pour protéger son avenir politique. Et, « Si ces propos sont avérés, cela est non seulement répugnant moralement mais c’est aussi une violation du devoir sacré de Donald Trump envers les Américains. », a-t-il réagit dans un communiqué.

Mais si pour l’opposition et les médias le document est une preuve irréfutable contre Donald Trump, il n’en demeure pas moins que l’accusé a son mot à dire. Très réactif comme à son habitude aux affaires l’impliquant ou non.

Il a décrié avec toute la ténacité qu’on lui connait que le livre de Bolton est « fait de mensonges et de fausses histoires » dénonçant que ce dernier a « enfreint la loi » en diffusant des informations « très confidentielles ».

Notons que les publications dans la presse mercredi surviennent au lendemain de l’annonce d’une action en justice de l’administration Trump pour tenter de bloquer la parution de cet ouvrage.